Afrique

Côte d'Ivoire : la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

Chargement du lecteur...

Huit ans après son transfèrement à la Cour pénale internationale (CPI) et son inculpation pour crimes contre l’humanité, l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo avait été acquitté en janvier dernier ainsi que son ancien ministre et responsable des Jeunes Patriotes Charles Blé Goudé. La procureure de la CPI vient de faire appel. 

"L'appel démontrera que la chambre de première instance a commis des erreurs de droit et de procédure qui ont abouti à l'acquittement de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé pour tous les chefs d'accusation", a déclaré dans un communiqué le bureau de la procureure, Fatou Bensouda.
 

L'ancien président et son ministre avaient été acquittés, mardi 15 janvier, de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale. Ils avaient ensuite été libérés. 

Laurent Gbagbo a été placé sous contrôle judiciaire à Bruxelles et ne peut se déplacer hors de la capitale belge sans l’autorisation accordée par la CPI. Tout comme Charles Blé Goudé, qui lui se trouve toujours à La Haye, où siège la cour. 

Accusés de crimes contre l'humanité

Premier ancien chef d'État à avoir été remis à la Cour, Laurent Gbagbo, 73 ans, était jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

La décision des juges de janvier dernier était un nouveau camouflet pour la CPI. Les tentatives précédentes de la Cour de juger des personnalités politiques de haut rang - la plupart en Afrique - ont toutes rencontré des obstacles.