Afrique

Côte d'Ivoire : "Laurent Gbagbo prépare déjà ses militants à la résistance pour l'élection de 2025"

<p>L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo livre un discours devant ses partisans, lors du congrès constitutif de son nouveau parti, le PPA-CI, le 17 octobre 2021. </p>

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo livre un discours devant ses partisans, lors du congrès constitutif de son nouveau parti, le PPA-CI, le 17 octobre 2021. 

AP/Diomande Ble Blonde

L’ancien chef d’État ivoirien Laurent Gbagbo est devenu le président de son nouveau parti, le PPA-CI (Parti des Peuples Africains en Côte d’Ivoire). Devant ses militants, il a affirmé que "[son] ambition était de partir" de la scène politique tout en déclarant vouloir faire "de la politique jusqu'à sa mort". Comment comprendre la stratégie politique de l'ancien président? Précisions avec André Silver Konan, analyste politique et journaliste.

TV5MONDE : Dans un même discours, Laurent Gbagbo a déclaré : "Mon ambition c'est de partir" et "je ferais de la politique jusqu'à ma mort". Pourquoi ces contradictions?

André Silver Konan, analyste politique et journaliste : Laurent Gbagbo est une personnalité qui tient des discours ambivalents. La preuve parfaite a été donné lors de cette clôture du congrès constitutif du PPA-CI à travers cette position absolument contradictoire et ambiguë qui consiste à dire que la sagesse voudrait qu'on prenne sa retraite mais en même temps "je ferais de la politique jusqu'a ma mort". C'est en contradiction d'abord avec le postulat de Laurent Gbagbo qui avait été très dur à l'encontre du premier président Houphouët-Boigny dont il avait fustigé de facon très ferme la longévité politique. 

À cette époque, Laurent Gbagbo était dans la cinquantaine, c'était normal pour lui. Aujourd'hui, il se trouve parmi les septuagénaires et sa position est la même que celle d'Houphouët-Boigny (présidence de la république de Côte d'Ivoire de 1960 à 1993). Il a par ailleurs fait référence à plusieurs des proches de l'ancien chef d'État dans son discours. C'est encore une ambivalence.

Dès son retour en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo a affirmé son ambition de se présenter à la présidentielle de 2025.

André Silver Konan, analyste politique et journaliste

TV5MONDE : Pourquoi lancer un nouveau parti et quitter son parti historique le FPI (Front populaire ivoirien)?

André Silver Konan : Dès son retour en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo a affirmé son ambition de revenir en politique et de se présenter à la présidentielle de 2025. Cependant il ne voulait pas se mettre au même niveau qu'Affi N'Guessan, en disputant la présidence du FPI (Front populaire ivoirien). Il a préféré aller créer un autre instrument politique pour servir son ambition personnelle.

Ce parti est fait pour instaurer la présence de Laurent Gbagbo dans le paysage politique, "jusqu'à sa mort" comme il l'a dit clairement. 

Voir aussi : Côte d'Ivoire : Gbagbo, un parti pour partir ?

Chargement du lecteur...

Les projets politiques de Laurent Gbagbo sont très clairs. Dans son discours du congrès, il a répété qu'il avait conscience de sa condamnation par la justice avait entrainé le rejet de sa candidature en 2020. Cependant, si en 2025 son parti politique souhaitait son retour, il lui appartiendrait de s'organiser pour mettre en place une stratégie de contournement de la loi. Il prépare clairement ses militants à la résistance.

Par ailleurs, ses formules ambivalentes servent aussi à éluder le débat qui tourne autour de la retraite des "3 grands" : Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et lui.

TV5MONDE : Justement, comment expliquer que la vie politique tourne autour de 3 personnalités dont la moyenne d'âge avoisine les 80 ans?

André Silver Konan :Les trois grands ont manqué de leadership et de mentorat. Ce n'est pas la faute de la nouvelle génération. Je vous rappelle que nous sommes en Côte d'Ivoire, dans un contexte africain culturel où le droit d'ainesse stipule le fait qu'on ne rentre pas en confrontation avec un ainé. Malheureusement ces "ainés" ont bien conscience de cette réalité culturelle et jouent là-dessus.

1988 : Après plusieurs années d’exil en France, il devient le secrétaire général du FPI lors du congrès constitutif des 19 et 20 novembre 1988.

2000: Désigné candidat officiel du FPI, il se présente à l'élection présidentielle du 22 octobre contre le général Robert Guéï. Les résultats donnent Gbagbo vainqueur face à Guéï, qui les conteste. Le 26 octobre 2000, Gbagbo devient président de la Côte d’Ivoire.

2010 : Alassane Ouattara est annoncé vainqueur avec 54% du second tour organisé le 28 novembre. Le lendemain, le Conseil constitutionnel donne la victoire à Laurent Gbagbo qui refuse de quitter le pouvoir. Il sera arrêté et transféré à La Haye.

2021 : La Chambre d’appel de la CPI confirme l’acquittement de Laurent Gbagbo.

17 juin 2021 : Laurent Gbagbo retourne en Côte d’Ivoire après 10 années d’absence.