Afrique

Côte d'Ivoire : le retour de Gbagbo, garantie de la réconciliation au sein du FPI ?

Chargement du lecteur...
REPORTAGE TV5MONDE • C. MOSALA • N. LOPPY • S. ALAYRANGUES | PHOTO AP • P. DEJONG

Si le retour de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire est loin d'être acté, l'hypothèse interpelle les partisans du FPI, le Front Populaire Ivoirien, autour d'une possible réunification du parti.

Reviendra. Reviendra pas ?
Depuis l'annonce de son acquittement par la CPI, le nom de Laurent Gbagbo est sur toutes les lèvres. Surtout au FPI, son parti, où le retour au pays de l'ex-président ivoirien pourrait mettre fin à huit ans d'une bipolarisation qui a miné l'instance dirigeante.

Pascal Affi Nguessan, est le président de l'un des courants du FPI. Il s'affiche comme le successeur de Laurent Gbagbo. "Si le président Gbagbo veut redevenir président du FPI, il va nous le dire. Car pour le moment, le Président Gbagbo ne m'a rien dit. Entre lui et moi il n'y a pas d'intermédiaires", assure M. Affi Nguessan. 
 
Entre lui et moi il n'y a pas d'intermédiaires
Pascal Affi Nguessan, président de l'un desccourants du FPI
Avant l'acquittement surprise de l'ex-chef de l'État prononcé par la CPI, Pascal Affi Nguessan se présentait comme l'homme capable de faire perdurer le parti sans son fondateur, Laurent Gbagbo.

Depuis changement de ton. Dans l'autre aile du parti, celle fidèle à la ligne FPI -version Laurent Gbagbo-, personne n'est dupe du revirement de circonstance. 

Le secrétaire général du FPI Assoa Adou "J'ai ouï dire que M. Affi Nguessan dit que si le président Laurent Gbagbo, venait il se mettrait derrrière. dit Assoa Adou, le secrétaire général du FPI. Et d'ajouter Il ne dit plus que M. le président Laurent Gbagbo a fait du faux, et que nous autres, avons fait du faux et usage de faux. Donc, il reconnaît effectivement que le président Laurent Gbagbo est le président du parti."

Le FPI s'entredéchire depuis près de huit ans, la libération de Laurent Gbagbo, chef incontesté, pourrait donc sonner la fin de la discorde. Une union du parti avant l'élection présidentielle prévue en 2020.