Afrique

Côte d'Ivoire : un accord a été trouvé entre la mine d'Agbaou et les riverains

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Le conflit durait depuis 4 ans. Finalement ce jeudi, un accord a été signé entre la compagnie Endeavour Mining et les populations de la région. 

dans
Les engins vont pouvoir continuer de creuser à la recherche d'or.
Cela faisait 4 ans que le conflit durait. En 2014, la société canadienne Endeavour Mining s'installe à Agbaou. 

Les riverains voient d'un mauvais oeil cette exploitation .... elle réduit leur surface agricole et génère très peu d'emplois pour eux.

La compagnie minière assure avoir verser des dédommagements aux riverains. Près de 7 milliards de francs CFA.
Les locaux, eux, disent n'avoir jamais vu la couleur de cet argent.

Les riverains ont à plusieurs reprises bloqué les installations.... le conflit a parfois été violent.
Pour la société, cela se traduisait en pertes financières conséquentes.
Alors.... Ce jeudi enfin... un accord a été signé entre la compagnie et les habitants.

Jephté Koffi, responsable des chefs d'Agbaou, est rassuré :
"Quand vous prenez une terre, c'est un jeune que vous déshéritez. Donc il faut pouvoir lui donner une autre possibilité d'insertion. Quand les terres sont occupées , les jeunes sont exposés au chômage et autres. Donc il fallait donc créer des dispositions."

L'une des dispositions prises : la formation. Et derrière, l'embauche d'une centaine de jeunes de la région. Les demandes des riverains semblent avoir été entendues.

Daniel Yaï, directeur pays d'Endeavour Mining, a bien compris les enjeux :
"Et pour les populations à qui on a demandé de présenter des projets, il était aussi question d'intégrer dans ses projets le volet formation qui permettrait donc à ses populations de préparer leurs jeunes à réaliser à bon port leurs projets. Donc ce volet activité génératrice de revenus est lié au volet formation"

Bien que le président Alassane Ouattara a l'ambition de faire de la Cote d'Ivoire un pays minier.... le secteur ne représente qu'un peu moins de 3% du PIB. Ce genre de conflit est donc rare.