Afrique

Coupe Arabe : le Qatar arrache la 3e place face à l'Egypte aux tirs aux buts

Le footballeur qatari Abdelkarim Hassan, en action durant la demi-finale de la Coupe Arabe des Nations face à l'Algérie. Son équipe a ensuite remporté la petite finale aux tirs aux buts face à l'Egypte. 
Le footballeur qatari Abdelkarim Hassan, en action durant la demi-finale de la Coupe Arabe des Nations face à l'Algérie. Son équipe a ensuite remporté la petite finale aux tirs aux buts face à l'Egypte. 
Darko Bandic/AP

L’Egypte et le Qatar s’affrontaient ce 18 décembre pour la troisième place du podium de la Coupe Arabe. Les Al-Annabi se sont imposés aux tirs aux buts, grâce à leur gardien qatari Barsham déterminant durant toute la rencontre.

Une petite finale pour sauver l'honneur. Au terme d'une rencontre haletante, le Qatar s'est imposé à domicile face à l'Egypte, sur une séance de tirs aux buts. Les Qataris se hissent donc sur la troisième place du podium de cette Coupe Arabe des Nations.

Le Qatar a battu une Egypte A', alors qu'eux c'était pratiquement l'équipe A.Patrick Juillard, journaliste spécialiste du football africain

Le journaliste spécialiste de l'Afrique à Foot 365 Patrick Juillard dresse un bilan mitigé de cette rencontre. D'un côté, pour le Qatar, "terminer sur une bonne note et être sur le podium, pour eux c'était très important." Il rappelle toutefois que du côté egyptien, "la majeure partie des meilleurs joueurs jouent en Europe et n'étaient pas là pour la Coupe." Selon lui, "Le Qatar a battu une Egypte A', alors que eux c'était pratiquement l'équipe A." Il invite donc à ne pas "surinterpréter" ce résultat.

Un match en dehors du temps réglementaire

L'Egypte a pris le contrôle du match lors des prolongations. Basham a toutefois arrêté tous les tirs des Pharaons. À la 117e minute, le match a été arrêté. Le défenseur égyptien Ahmed Kamal a été pris par les crampes.  Aucune équipe n'a réussi à marquer de but lors des prolongations. La troisième place s'est donc jouée sur les tirs aux buts. 

Dans la série de tirs aux buts, Barsham a vraiment été décisif, même si son équipe était mal partie.
Patrick Juillard, journalite spécialiste du football africain

Le Qatari Hassan Al-Haydos a été le premier à tenter de placer le ballon dans le filet. Mais le gardien Egyptien Mohamed El Shenawy a arrêté son tir. Ensuite, Asfar a donné l'avantage à l'Egypte en franchissant les défenses de Mutaz Essa Barsham. Au final, les cinq penaltys réglementaires n'ont pas réussi à départager les deux équipes.  Selon Patrick Juillard, "dans la série de tirs aux buts, Barsham a vraiment été décisif, même si son équipe était mal partie."

L'issue de la rencontre s'est jouée sur la mort subite. Mutaz Essa Barsham est parvenu à arrêter la frappe de Sherif, accordant ainsi la victoire aux Qataris.  "En général, c'est des matchs où les équipes se lâchent un peu plus", regrette Patrick Juillard, journaliste spécialiste de l'Afrique pour Foot 365. "

Barsham écœurant pour l'Egypte

Les Pharaons ont largement dominé la première demi-heure de jeu. Ils ont eu de nombreuses occasions de marquer, sans succès. Cependant les Al-Anabi jouaient beaucoup sur l’offensive en se projetant rapidement vers l’avant. Autour de la 40e minute, la rencontre s’est retrouvée coupée par de nombreuses fautes. Aussi, des joueurs sont restés plusieurs minutes au sol. Ce fut le cas du gardien egyptien Mohamed El Shenawy, après un contact avec un attaquant lors d’un dégagement. 

"Le Qatar est mieux rentré en deuxième mi-temps", reconnaît Patrick Juillard.  Malgré de nombreuses occasions, ils n’ont inscrit aucun but. Aux alentours de la 77e minute, les titulaires qataris commençaient à montrer des signes de fatigue. 

Au fil du match et des occasions qu'il anhilait, il a pris un ascendant psychologiquePatrick Juillard, journaliste spécialiste du football africain

Cependant, malgré les cinq minutes de temps additionnel ajoutées au terme des 90 minutes, aucune équipe n’était parvenue à inscrire un but. Le gardien des Al-Annabi, Barsham a réalisé quatre arrêts spectaculaires. Par exemple à la 86e minute, l’attaquant égyptien Fathi avait trouvé une ouverture en profondeur. Le gardien qatari s’est couché sur le ballon pour arrêter la frappe.

"Il a vraiment été déterminant à sauver son équipe", estime le journaliste. "Au fil du match et des occasions qu'il anhilait, il a pris un ascendant psychologique, poursuit-il. Même si son équipe a mal commencé la série, c'est lui qui a sauvé son équipe."

Une fin de parcours cruelle

Après un parcours sans faute avec quatre victoires, les Al-Annabi, aussi hôtes de cette Coupe Arabe, s'étaient inclinés face à l’Algérie 2-1 en demi-finales. Les Fennecs ont arraché la victoire de justesse, avec un but in-extremis de l’ailier gauche Youcef Belaïli. Cette rencontre a notamment été marquée par un temps additionnel hors-norme de 18 minutes. 

Les Egyptiens quant à eux n’avaient que trois victoires à leur compteur. Leur rencontre face à l’Algérie lors du premier tour de la Coupe Arabe s’est soldée par un match nul. Les Pharaons se sont ensuite fait battre en temps additionnel en demi-finale par les Aigles de Carthages. Le capitaine égyptien El Soulia a marqué contre son camp à la 95e minute. 

La finale se jouera également ce 18 décembre. La Tunisie affrontera l’Algérie, vainqueure de la dernière Coupe d’Afrique des Nations en 2019. Le coup d’envoi sera donné à 16h dans la ville côtière d’Al-Khor.