Afrique

Coupe du monde 2022 : qui est Youssef En-Nesyri l'attaquant qui envoie le Maroc en demi-finale ?

Youssef En-Nesyri fête son but contre le Portugal en quart de finale. Un but historique qui envoie le Maroc en demie finale.
Youssef En-Nesyri fête son but contre le Portugal en quart de finale. Un but historique qui envoie le Maroc en demie finale.
AP Photo/Martin Meissner

Le Marocain Youssef En-Nesyri a réussi là où ses glorieux prédécesseurs, Roger Milla, El-hadji Diouf ou Asamoah Gyan ont échoué. C'est-à-dire envoyer l'Afrique en demi-finale de Coupe du monde grâce à une tête piquée contre le Portugal déjà entrée dans l'histoire. Qui est ce jeune attaquant de 25 ans à la détente phénoménale pour ne pas dire ronaldesque ?

Un but que l'on remontrera peut-être dans cent ans. Sa détente phénoménale a piégé le gardien Diogo Costa, sorti à contre-temps, et le défenseur central Ruben Dias, largement dominé (42e).

Sur un centre parfait de Yahya Attiat-Allah, le Sévillan a rabattu puissamment sa tête, le ballon a frappé le sol pour rebondir et soulever le toit du filet, en même temps qu'il brisait le plafond de verre de l'Afrique.

Le Cameroun avait échoué le premier en quarts de finale contre l'Angleterre (3-2 a.p.) en 1990, malgré Roger Milla, ses 38 ans et ses quatre buts aux matches précédents.

En 2002, le Sénégal d'El-Hadji Diouf s'était arrêté au but en or contre la Turquie (1-0
b.e.o.).
 
Sur un centre parfait de Yahya Attiat-Allah, le Sévillan a rabattu puissamment sa tête pour ouvrir le score pour le Maroc.
Sur un centre parfait de Yahya Attiat-Allah, le Sévillan a rabattu puissamment sa tête pour ouvrir le score pour le Maroc.
AP.
 

Formé à l'Académie Mohamed VI et professionel en Espagne


Avant Youssef En-Nesyri, le Ghanéen Asamoah Gyan était passé le plus près du dernier carré, mais il avait fracassé son penalty de la dernière minute (120e+2) sur la barre transversale uruguayenne, après la fameuse main volontaire de Luis Suarez, en 2010.

Lire : le Maroc se qualifie en demi-finale, une première pour une équipe africaine.

Le Sévillan lui n'a pas tremblé, sur son point fort, le jeu de tête. Il avait déjà marqué en sautant plus haut que les Espagnols au Mondial-2018 (2-2), et avec le Séville FC, il a signé un beau bouquet de buts de la tête.

"Youssef En-Nesyri est très grand, il est très bon de la tête", notait Jorge Sampaoli, son entraîneur en Andalousie.

Le buteur du Maroc a "un jeu de tête qui n'est pas une habitude au Maroc, où on pratique plus le jeu court dans les quartiers", explique à l'AFP Nasser Larguet, qui a découvert le gamin dans le sport scolaire à Fez.

"J'ai jeté mon dévolu sur lui à l'âge de 12 ans, il appartient à la première promotion de l'Académie Mohamed VI", qui a relancé la formation au Maroc, poursuit l'ancien entraîneur de Marseille.

18 buts en Liga lors de la saison 2020-2021


Youssef En-Nesyri quitte le Maroc à l'âge de dix-huit ans pour s'installer en Espagne comme de nombreux joueurs marocains où il entame sa carrière footballistique. Il commence à Malaga en 2016 où déja son jeu de tête est remarqué. Il rejoint ensuite le CD Leganes, club qui joue chaque saison sa survie en Liga. Il explose à ce moment là où il marque 21 buts en deux saisons à l'âge de 18 et 19 ans. Il rejoint le FC Séville et remporte la Liga Europe en 2020. Il inscrit 18 but en une saison en Liga en 2020-2021.

Ce but historique face au Portugal en Coupe du monde est une belle récompense pour un joueur dont les entraîneurs soulignent la générosité.

Un attaquant qui défend


"Le sens du sacrifice il l'avait déjà très jeune, on n'a pas eu beaucoup de travail", sourit Larguet,qui fut aussi Directeur technique national (DTN) du Maroc.

Comme toujours, En-Nesyri a aussi défendu comme un acharné, gênant les relances portugaises et menaçant Diogo.

Il est sorti peu après l'heure de jeu, avec peut-être encore un peu d'essence dans le réservoir, en tournant sur lui même pour applaudir l'ovation du stade. Il est tombé dans les bras de Regragui (65e), remplacé par Walid Cheddira, qui a fini exclu sur deux jaunes en toute fin de match.

Il court partout et il pense toujours à l'équipe. Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur.Walid Regragui, sélectionneur du Maroc.
 

Yousef En-Nesyri "est très généreux, des fois ça lui joue des tours devant le but, il perd un peu d'efficacité tellement il a donné", note Larguet. Mais pas cette fois.  "Personne n'estime El-Nesyri a sa juste valeur", insiste Walid Regragui. Le sélectionneur avait annoncé que son avant-centre serait au Mondial dès le jour où il a dévoilé sa large pré-liste de 55 noms.

"C'est un talent et un joueur de haut niveau qui fait ce que je lui demande, il court partout et il pense toujours à l'équipe", souligne Regragui.

Pourtant En-Nesyri a souffert des critiques cette saison, il n'a pas retrouvé sa place de titulaire à Séville. Il n'avait signé que deux buts en compétition, en Ligue des champions, l'un pour l'honneur au Borussia Dortmund (4-1) et l'autre contre le FC Copenhague (3-0). Mais il a participé à dix matches de Liga espagnole sans marquer.

Son statut a désormais changé, cette détente à la Cristiano Ronaldo, qui lui n'a toujours pas marqué le moindre but en phase à élimination directe de Coupe du monde, en cinq participations, l'a propulsé dans les légendes du tournoi.

Avec ce troisième but en Coupe du monde, il a aussi dépassé ses compatriotes Abderrazak Khairi (deux buts en 1986) et Salaheddine Bassir et Abdeljalil Hadda (deux buts en 1998). Mais ça, c'est pour la petite histoire. Samedi En-Nesyri a écrit la légende.