Afrique

Coût des études en France : le malaise des étudiants africains

Anicet, Karamoko et Malado sont tous les trois africains et étudient en France. La hausse des frais de scolarité les inquiètent. Ils témoignent sur TV5MONDE. 
Anicet, Karamoko et Malado sont tous les trois africains et étudient en France. La hausse des frais de scolarité les inquiètent. Ils témoignent sur TV5MONDE. 
©C. Bour / TV5MONDE

La France va augmenter les frais de scolarité pour les étudiants résidant hors de l’Union européenne. 4ème destination mondiale pour les étudiants internationaux, le pays accueille chaque année plus de 300 000 étudiants. Cette hausse des coûts d'études a  entraîné de vives critiques notamment parmi les étudiants africains. Il représentent près de 43,2% des étudiants étrangers, selon les chiffres de Campus France. De Paris à Dakar, les étudiants réagissent.

dans
Dès la rentrée 2019, les étudiants devront débourser 2770 euros pour une année de licence et 3770 euros pour une année de master et de doctorat au lieu de  170 euros en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat. Ce programme appelé “Bienvenue en France” vise officiellement à renforcer l’attractivité, améliorer l’accueil des étudiants et augmenter le nombre d’aides financières. Ce n'est pas ce qu'en retiennent les étudiants que nous avons rencontrés à Paris et à Dakar. 

 
  • Anicet Marahoua, Ivoirien, est arrivé en France en 2014. Il est actuellement en 3ème année de doctorat en Sciences du langage et communication politique à Sorbonne Université.
Chargement du lecteur...
©C. Bour / TV5MONDE

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?

Toute notre vie a été bercée l’éducation française. Venir en France, c’est plus simple car l’éducation au pays est très calquée sur le modèle français, et je n’avais pas les moyens d’aller ailleurs. C’est aussi compliqué de faire ses études en Côte d’Ivoire à cause des crises et des grèves dans les universités qui poussent les étudiants à aller ailleurs comme lors de la crise politique en 2010.

Que pensez-vous de cette annonce faite par le gouvernement français ?

C’est une mesure discriminatoire. Le but ce n’est pas d’être attractif, c’est de diminuer sinon d'interdire la venue des étudiants africains parce qu’on est le gros lot du contingent. De nombreux Maliens, Ivoiriens, Camerounais, Sénégalais, Burkinabés, Guinéens viennent en France et cette mesure va interdir l’accès au territoire.

Pouviez-vous faire vos études en France sans bourse  ?

J’ai reçu une bourse mais celle-ci est rare, j’étais le seul en Côte d’Ivoire. J'ai eu des petits boulots, ma famille, mes frères m'ont aidé. J'ai contracté un prêt pour aller au bout de ma thèse. On essaye tous d'aller au bout de nos rêves, de nos envies donc augmenter de près de 20 fois les frais de scolarité, c’est une mesure inhumaine et insensée.

 
  • Karamoko Diaby, Malien, est étudiant en Master de Lettres modernes à Paris 3 et. Il est arrivé à Paris, il y a 4 ans.
Chargement du lecteur...
©C. Bour / TV5MONDE

Qu’est ce qui vous a poussé à étudier en France ?

Comme tous les étudiants africains d’origine francophone, nous vivons la France dans l'âme depuis l’enfance. On nous enseigne Victor Hugo, Lamartine, Apollinaire…Dans nos pays respectifs, le système éducatif est encore embryonnaire. Venir étudier en France c’est une chance notamment pour les familles modestes.

Quelles vont être les conséquences de cette mesure sur les étudiants étrangers ?

En France, ce sont de futurs ambassadeurs qui sont formés. Cette politique d’attractivité répond donc aux normes d’une politique d’immigration choisie, voulue par le Président de la République. Cette mesure va freiner les arrivées et précariser les étudiants. Venir en France, c’est déjà le parcours du combattant, ça va baisser l’attractivité et ceux qui sont déjà là ne vont pas pouvoir mettre tout en oeuvre pour étudier convenablement. Ce sont des mesures qui brisent des rêves, des vies.
 
  • Etudiant en master entrepreneuriat à l’Université de Lorraine et à l’Université de  Montpellier, Malado Bah, Guinéen, vit en France depuis 2012.
Chargement du lecteur...
©C. Bour / TV5MONDE

Cette mesure gouvernementale va-t-elle avoir un impact sur votre scolarité ?

Si les personnes qui sont déjà dans le système sont touchées par cette mesure, ça va m’impacter fortement et ça voudra dire que je vais accorder beaucoup plus de temps à mon job étudiant et moins de temps à  mes cours, cela entraînera forcément une baisse de mes résultats.

Comment finances-tu tes études ?

Je n’ai pas reçu de bourse étatique. La première année, mes parents m’ont aidé financièrement. Ces 5 dernières années ont été financées par le travail que je fais à côté de mes études mais ça me prend beaucoup de temps.

Penses-tu que cette mesure va augmenter l’attrait pour des universités françaises sur les étudiants étrangers ?

Je pense plutôt que le fait d’avoir une d’éducation fondée sur les valeurs de la République, la solidarité, c’est le point fort du système éducatif français et c’est cela qui peut augmenter l’attractivité de la France.

>> Qu'en pensent les étudiants africains à Dakar, au Sénégal ? Leurs réactions : 
Chargement du lecteur...
©M. Chevance, S. Duhamel / TV5MONDE