Afrique

Covid-19 au Sénégal : Hissène Habré autorisé à quitter sa prison pendant deux mois, les victimes en colère

L'ex-président tchadien, Hissène Habré, le jour de sa condamnation à la prison à vie. Dakar, Sénégal, 30 mai 2016.
L'ex-président tchadien, Hissène Habré, le jour de sa condamnation à la prison à vie. Dakar, Sénégal, 30 mai 2016.
© AP / Carley Petesch

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Hissène Habré a été autorisé à quitter pendant soixante jours la prison de Dakar, au Sénégal, où il purge une peine de prison à vie. Les victimes du régime de l’ex-président tchadien redoutent que cette sortie de prison temporaire ne devienne définitive.

Une sortie de prison temporaire motivée par le coronavirus. Dans ses attendus, le juge relève que la prison du Cap Manuel, où est incarcéré Hissène Habré à Dakar au Sénégal, a été choisie par les autorités sénégalaises, dans le cadre de la stratégie de riposte à la pandémie de Covid-19, pour "recevoir toutes les personnes nouvellement placées sous mandat de dépôt".

Le but : que ces personnes soient détenues à l'isolement pendant la durée de leur quarantaine. Une mesure de précaution pour éviter d'éventuelles contaminations en milieu carcéral. Les bâtiments de la prison de Cap Manuel doivent abriter une quarantaine de nouveaux prévenus.

A l'issue de ce congé, qu'il devra passer dans sa résidence de Ouakam, un quartier résidentiel de Dakar, Hissène Habré, âgé de 78 ans, "réintègrera l'établissement pénitentiaire du Cap Manuel, immédiatement, à l'expiration de l'autorisation de sortir", indique Boubacar Ndiaye Fall, le juge de l'application des peines.

Une ordonnance du juge de l'application des peines au Tribunal de grande instance hors classe de Dakar indique que l'avocat de Hissène Habré, Mamadou Diawara, avait formulé une demande de permission de 60 jours, le 26 mars 2020.

L'avocat appuyait sa requête sur le fait qu'en raison de la pandémie de Covid-19, Hissène Habré, du fait de son âge, est "particulièrement vulnérable" à une contamination en milieu carcéral, toujours selon le texte de l'ordonnance.

Hissène Habré en quelques dates et chiffres

 

1982 - 1990 : Hissène Habré est le président du Tchad.

1990 : renversement de Hissène Habré. Il trouve refuge au Sénégal.

2013 : arrêté, il est inculpé par un tribunal spécial instauré en coopération avec l'Union africaine.

30 mai 2016 : Hissène Habré est condamné en première instance à la prison à vie, après avoir été déclaré coupable de crimes contre l'humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement.

27 avril 2017 : le procès en appel confirme la prison à perpétuité. Hissène Habré est acquitté de l'accusation de viol.

40 000 : Une commission d'enquête tchadienne chiffre à 40 000 morts le nombre de victimes de la répression sous le régime Habré.

Crainte d'une "libération déguisée" de Hissène Habré

La nouvelle du placement de Hissène Habré en résidence surveillée a été accueillie avec crainte par ses victimes. Ces dernières s'inquiètent du risque que la sortie de prison temporaire de l'ex-président tchadien ne devienne définitive, a dit ce mardi 7 avril l'un de leurs défenseurs.

Il y a beaucoup de pressions depuis un an de la part de Habré et de ses soutiens pour sa libération.

Reed Brody, défenseur des victimes et avocat pour l'ONG Human Rights Watch

"Le gouvernement sénégalais a dit très clairement que Hissène Habré retournera en prison", a déclaré Reed Brody, défenseur des victimes et avocat pour l'ONG Human Rights Watch.

"La crainte, c'est que, comme nous le savons, Hissène Habré s'est servi des millions de dollars qu'il a volés dans les caisses du Trésor tchadien pour se constituer un réseau de protection", ajoute l'avocat de l'ONG. Human Rights Watch a été la cheville ouvrière du processus ayant abouti au procès de l'ex-dirigeant devant un tribunal spécial africain.

Reed Brody redoute que cette sortie de prison temporaire ne se transforme en "libération déguisée. Il y a beaucoup de pressions depuis un an de la part de Habré et de ses soutiens pour sa libération", conclut-il.

(Re)voir : des victimes d'Hissène Habré demandent réparation au Tchad

Chargement du lecteur...
 
Chargement du lecteur...