Afrique

Covid-19 : l'Afrique paie ses vaccins au prix fort

L'Afrique du Sud a payé 2.5 plus cher la dose du vaccin AstraZeneca que l'Union européenne.
L'Afrique du Sud a payé 2.5 plus cher la dose du vaccin AstraZeneca que l'Union européenne.
TV5MONDE

Les entreprises Pfizer et Moderna viennent d’augmenter le prix de leur vaccin, à 19,50€ et 21,5€ respectivement. Les doses accessibles par les pays africains peuvent afficher des montants d'autant plus élevés allant jusqu’à 70$ la dose. Pourtant, le continent affiche un taux de vaccination de la population de seulement 1,5% .

La promesse d'un vaccin accessible pour tous sur le continent n'aura pas fait long feu. Le dispositif COVAX de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) promettait pourtant un large accès aux vaccins à moindre prix. L’organisation avait prévu de livrer quelque 520 millions de doses d’ici fin 2021. Aujourd'hui, seulement 15% ont pu être envoyées.

Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca, eux, trop occupés à remplir les commandes d’Europe et d’Amérique de Nord, n’ont que tardivement ou en très faible quantité livré des doses aux pays africains. La Russie et le Chine, voyant l’opportunité de saisir un marché laissé de côté, ont alors rapidement tenté s’imposer.

(Re)voir : Covid-19 : la troisième vague de la pandémie s'amplifie en Afrique

Chargement du lecteur...

Dons et prix forts

En février dernier, la Russie a ainsi offert 300 millions de doses via un financement à un programme d'achat de l'Union africaine (UA). Après avoir promis d’envoyer près d'un quart de tous ses dons de vaccins à l’Afrique, la Chine a, elle, envoyé environ 3,15 millions de vaccins - soit moins de 4% de ses exportations de vaccins - selon les données de Bridge Consulting.

Mais très rapidement, les dons ont été remplacés par des accords commerciaux, souvent à des prix bien supérieurs que ceux proposés à l’Europe. C'est ainsi que le Sénégal, qui a voulu débuter sa campagne de vaccination le plus tôt possible, a payé  200 000 doses de Sinopharm à 20$ l’unité, selon Reuters.

<p>Un personnel de santé injecte une dose de Johnson & Johnson dans le quartier de la Medina à Dakar, Sénégal, le 28 juillet 2021.</p>

Un personnel de santé injecte une dose de Johnson & Johnson dans le quartier de la Medina à Dakar, Sénégal, le 28 juillet 2021.

Leo Correa/AP

En comparaison, une dose de Pfizer s’élevait il y a encore une semaine à 15,5€, et une dose de Moderna à 19€ (contre 19,50€ et 21,50€ respectivement aujourd’hui). Face à des prix jugés exorbitants, des pays africains ont décidé de renoncer à l'achat de doses de vaccins. C'est le cas de l'Ouganda. Kampala a mis fin à son programme d'achat du vaccin Sinopharm.

(Re)voir : Coronavirus : Médecins Sans Frontières se bat pour un meilleur accès aux vaccins en Afrique

Chargement du lecteur...

Jusqu’à 2,5 fois plus cher


Si le prix n’a normalement pas le droit d’être divulgué, en raison des clauses de confidentialité exigées par les laboratoires, certaines données ont pu fuiter dans des médias comme Reuters ou Bloomberg. Après avoir reçu des doses de Sputnik V, le Kenya proposait l’injection d’une seule dose du vaccin russe pour 7,700 shillings, soit 70.30$.
 

Je m'inquiète de la façon dont les pays africains vont les payer car COVAX ne sera tout simplement pas suffisant.                                                                W. Gyude Moore du Center for Global Development

L’Afrique du Sud s’était au début de l’année 2021 procuré 1,5 million de vaccins AstraZeneca pour près de 2,5 fois plus cher que les pays européens. « Le prix de 5,25 dollars (équivalent à 4,32 euros) est celui qui nous a été communiqué », avait déclaré à l’époque le ministère de la santé sud-africain, sans expliquer cette différence de prix. Le prix des 4,5 millions de doses Pfizer que le pays s’est procuré en mai dernier reste, lui, inconnu.

Face à l’Europe dont la moitié de la population est complètement vaccinée, l’Afrique peine à atteindre les 2%. Si les velléités de la Chine et de la Russie de devenir les principaux fournisseurs mondiaux de vaccins se précisent, les moyens de l’Afrique de se procurer leurs vaccins rendent perplexes.

(Re)voir : Covid-19 : "Il faut une union des pays africains dans la recherche"

Chargement du lecteur...

"Je ne m'inquiète pas de savoir si la Russie ou la Chine seront en mesure de délivre les doses", affirme W. Gyude Moore du Center for Global Development, un groupe de réflexion de Washington. « Je m'inquiète de la façon dont les pays africains vont les payer car COVAX ne sera tout simplement pas suffisant »