Afrique

Déluge mortel à Kinshasa : la croissance urbaine en cause

Chargement du lecteur...
Commentaire Simon Rodier - TV5MONDE

44 morts, 5100 habitations inondées, 192 maisons emportées... Le développement urbain chaotique de la capitale de la République démocratique du Congo a décuplé les conséquences des pluies torrentielles de ces dernières heures.

dans

D'après le bilan définitif des autorités provinciales livré ce 5 janvier, 44 personnes sont mortes à Kinshasa touchée par un orage violent, mais pas exceptionnel en cette fin de grande saison des pluies, dans la nuit de mercredi à jeudi. Des glissements de terrain ont aussi déplacé "plusieurs milliers de personnes vers des familles d’accueil en attendant la baisse du niveau des eaux", indique le gouvernement.

Quartiers populaires dévastés

Les quartiers les plus touchés sont des communes populaires où l'activité vibrante des petits commerces cotoie des poches de pauvreté, comme Ngaliema, construite sur une colline, ou Selembao. A Bandalungwa, surnommé le "petit Paris" pour ses bars et ses restaurants, des enfants d'une même famille sont morts noyés après l'effondrement de leur maison.

A Ngaliema, trois personnes, Brunelle, 18 ou 19 ans, sa sœur Gladys, 22 ou 23 ans, et son bébé, ont péri dans l'effondrement de leur maison construite en briques d'argile couleur sable qui s'est effritée après l'orage. Construite au fond d'un ravin parmi la végétation, la maison a été détruite par les eaux précipitées du haut d'une colline jonchée de détritus, selon les habitants.

Des efforts insuffisants

Une entreprise chinoise avait bien tenté de construire des canalisations sur la voirie du haut, mais elles ont cédé sous la violence des pluies. Deux tuyaux ont été projetés jusqu'au fond du ravin, près de la maison des victimes dont ne subsiste plus rien qu'un canapé en plein air. "Les secours sont venus mais en retard, vers 4 heures", explique un jeune homme, Magloire, qui affirme avoir découvert les corps.

La maison des deux sœurs, dont les parents étaient absents, ainsi que celle de deux voisins blessés, n'auraient pas dû se trouver là. "Ce sont des constructions anarchiques. Ça fait très longtemps que l’État interdit de s'installer ici. Les gens le font quand même par manque de moyens", explique le chef de quartier adjoint Ruffin Abedi.

L'urbanisme de la pauvreté

Les inondations à Kinshasa sont "liées à la surpopulation, à l'occupation de terrains inondables qui ne devaient pas être occupés", explique le colonel Roger-Nestor Lubiku, ex-directeur général de l'Institut géographique du Congo (IGC). Le gouverneur de Kinshasa André Kimbuta a d'ailleurs rappelé que, "en vue de prévenir d'autres cas d'inondations", les autorités procéderont "incessament à la démolition de constructions anarchiques".

Kinshasa connaît une croissance démographique rapide, sans cadastre et difficile à quantifier en l'absence de tout recensement. La capitale, dont la population a doublé en moins de vingt ans, compterait 10 millions d'habitants. Entre 2000 et 2005, le nombre de Kinois est passé de 6 à 7,5 millions, d'après la cartographie satellitaire de la Revue belge de géographie.

Les trois quarts de Kinshasa sont constitués de bidonvilles sans accès à l’eau ni à l’électricité.
Corneille Kanene

La même revue savante énonçait en 2009 une conclusion toujours valable en 2018 sur les collines de Ngaliema : "30% de la croissance urbaine s’est effectuée sur des pentes de plus de 15%, soit présentant un risque important d’érosion". Cette croissance est le fait d'un "urbanisme de la pauvreté", affirmait en juillet au quotidien Le Monde, Corneille Kanene, ex-directeur de l'agence onusienne Habitat, ajoutant : "les trois quarts de Kinshasa sont constitués de bidonvilles sans accès à l’eau ni à l’électricité".

Cet urbanisme galopant provoque d'immenses ségrégations sociales. Les habitations fragiles de Ngaliema se trouvent à quelques centaines de mètres des villas cossues de Macampagne, et à quelques km des tours, des résidences, des ambassades et du palais présidentiel de la Gombe.

Le président Kabila a décrété deux jours de deuil pour lundi et mardi à la mémoire des victimes. Le gouverneur a sollicité l'aide du chef de l'Etat pour les obsèques des victimes. En cette période de crise politique, l'opposant Vital Kamerhe -ex-président de l'Assemblée nationale- a dénoncé "l'absence d'une politique d'urbanisation et d'un service de secours". L'ambassadeur du Canada Nicolas Simard s'est, lui, permis ce tweet :