Démonstration de force de l'État islamique : où en est la situation sécuritaire depuis le départ de Barkhane du Mali ?

La branche sahélienne de l’État islamique vient de diffuser ce 13 décembre une vidéo de propagande mettant en scène une cérémonie d’allégeance au nouveau calife du groupe djihadiste. Le groupe armé y met en scène ses capacités militaires avec plusieurs centaines de combattants, quatre mois après le départ du dernier soldat français du Mali. Qu’est-ce que cette vidéo montrent de la question sécuritaire au Sahel ? Entretien avec Seidick Abba, journaliste et écrivain spécialiste du Sahel.
Image
Propagande EIGS
Dans une vidéo de propagande l'EIGS prête allégeance à son nouveau Calife.
Capture d'écran TV5MONDE
Partager8 minutes de lecture

Ils étaient plusieurs centaines, armes lourdes à la main, fusils d'assault, mitrailleuses avec véhicules et motos. Les djihadistes de l’État islamique au grand Sahara (EIGS) dans une vidéo de propagande publiée le 13 décembre prêtent allégeance à leur nouveau calife, Abou al-Hussein al-Husseini al-Qourachi. L'EIGS montre ses forces. Cette vidéo est tournée en plein jour, dans une zone désertique dont le lieu n'est pas encore identifié. L’État islamique au grand Sahara est militairement fortement présent dans la zone dite des trois frontières, entre Mali, Niger et Burkina Faso.
Quatre mois plus tôt, le 15 août 2022, le dernier soldat français quittait le Mali. Qu’est-ce que cette vidéo montre de la situation sécuritaire au Sahel ?

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Seidick Abba est journaliste spécialiste du Sahel. Selon lui, cette vidéo montre que l’État islamique ne se cache plus pour opérer dans la région. L’auteur de "Mali-Sahel : notre Afghanistan à nous ?" publié en mars 2022 explique qu’elle a aussi une portée dissuasive pour l’armée malienne et son allié. 

 

TV5MONDE : À quoi sert cette vidéo de propagande de l’État islamique au grand Sahara ? 

Seidick Abba : Il y a une dimension de propagande. Le message est adressé à la fois aux adversaires de l’État islamique, qui sont l’État malien, les pays de la sous-région, Wagner et aussi le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. Ces vidéos visent à montrer la puissance de l’État islamique, à lancer un avertissement pour dissuader tous ceux qui seraient tentés de venir les affronter. 

Depuis que la force Barkhane est partie de la zone des trois frontières, le groupe djihadiste se donne à coeur joie.Seidick Abba, journaliste et écrivain spécialiste du Sahel

Ça veut dire que l’État Islamique est désormais sur son territoire et qu’il opère sans avoir à se cacher. Depuis que la force Barkhane est partie de la zone des trois frontières, le groupe djihadiste se donne à coeur joie. Ils ont conquis le territoire. Les emprises laissées par Barkhane n’ont pas été récupérées par le Mali contrairement à ce que dit la propagande. L’État islamique s’est renforcé dans cette zone. 

DISPOSITIF MILITAIRE SAHEL

Avant cette démonstration de force déjà, il y a eu des affrontements réguliers avec le Djinim (NDLR : État islamique en arabe)  et le MSA (NDLR : Mouvement pour le salut de l'Azawad, un mouvement politique touareg). L’État islamique a continué de gagner du terrain. Cette démonstration de force vient justement confirmer sa quasi-hégémonie dans cette zone des trois frontières, particulièrement du côté du Mali où il n’y a pas de réponse. 

TV5MONDE : Dans quelle mesure l’État islamique a progressé depuis le retrait de Barkhane ? 

Seidick Abba : Toutes les emprises que Barkhane a laissées dans la zone des trois frontières, autour de Ménaka, Ansongo, Gao, Gossi, etc, avaient été rétrocédées à l’armée malienne. Elle était censée les occuper. En réalité, elle ne les a pas effectivement occupées. Sinon, elle les a occupés les premiers jours avant de repartir. 

Qu'est ce que l'État Islamique au grand Sahara ?

  • L'État islamique dans le Grand Sahara est, née le 15 mai 2015 d'une scission d'Al-Mourabitoune  provoquée par l'allégeance d'un de ses commandants Adnan Abou Walid al-Sahraoui à l'État islamique et son "calife" Abou Bakr al-Baghdadi.  Le calife del'État islamique, reconnaît officiellement cette allégeance en 2016. Ses forces atteignent en 2020 selon l'armée française plus de 2000 hommes.
  • En septembre 2021, l’émir Adnan Abou Walid al-Sahraoui, dirigeant de l’EIGS est abattu par un drone de l’armée française. 
  • "Entre 2000 et 3000 civils ont été tués par l’EIGS depuis 2015", soulignait la ministre française des Armées Florence Parly lors de la mort de l’émir. 
  • Selon les communautés locales, les attaques de l’EIGS ont fait plus de 900 morts dans le nord-est du Mali depuis le mois de mars 2022. 

Du coup, l’État islamique a compris qu’il y avait un vide territorial et a continué à gagner du terrain, à progresser. Il y a quelques efforts de résistances, mais ce n’est pas suffisant. Depuis le mois de mars, l’État islamique a beaucoup progressé. Le 15 août, lorsque le dernier soldat français a quitté le Mali, c’est devenu une sorte d’open-bar pour l’État islamique. Maintenant, ils font ce qu’ils veulent.

À partir du moment où l'État islamique devient fort au Mali, cela signifie qu’il peut exporter sa menace vers le Niger et le Burkina Faso. Seidick Abba, journaliste et écrivain spécialiste du Sahel

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Ils le font parce qu’ils savent que du côté malien, il n'y a pas de réponse qui peut venir. Par ailleurs, ils savent que, compte tenu des mauvaises relations avec le Mali, les forces françaises qui sont au Niger, à 100/150km n’auraient pas pu intervenir. Le Mali aurait invoqué la souveraineté de son territoire pour protester. On se retrouve dans ce contexte où l’État islamique est devenu une menace, non seulement pour le Mali mais aussi pour les autres pays. À partir du moment où il devient fort au Mali, cela signifie qu’il peut exporter sa menace vers le Niger et le Burkina Faso. 

TV5MONDE : Qu’en est-il des autres groupes terroristes dans la région ? 

Seidick Abba : Il y a le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), qui essaye lui aussi de résister à la progression de l’État islamique mais qui n’y arrive pas. En réalité, l’État islamique a reçu beaucoup de renforts en provenance de la Libye. Il a reçu des armes et des hommes, venus au nom de l’international djihadiste. Cela lui procure une puissance en effectif. 

Qui sont les autres groupes terroristes au Sahel ? 

  • Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) a prété allégeance à Al-Qaïda. 
  • Il s’agit de l’union de plusieurs groupes, réalisée en 2017 sous la houlette d'un chef charismatique Iyad Ag Ghali. 
  • Ces groupes proviennent de plusieurs composantes du djihadisme dans la région : les touaregs, algériens et peuls. La Katiba Macina du chef peul Amadou Koufa compte plusieurs centaines d'hommes armés.
  • Le GSIM regroupe entre 2000 et 3000 hommes, selon les forces françaises au Sahel. 
  • Selon les services secrets français, l’objectif du GSIM est de déborder du Sahel pour s’implanter dans le nord des pays du Golfe de Guinée. 

Auparavant, les recrutements se faisaient beaucoup localement. Actuellement, grâce aux renforts extérieurs, ils sont dans une situation d’hégémonie dans la zone des trois frontières. 

ZONES DES TROIS FRONTIERES
La zone des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina, constitue un des épicentres de l'activité des groupes djihadistes.
TV5MONDE

TV5MONDE : Que peut faire l’armée malienne face à cette situation ?

Seidick Abba : Le principal partenaire du Mali en matière sécuritaire, c’est Wagner. La coopération avec la France est complètement gelée. Avec l’Union européenne, elle ne fonctionne pas militairement. La coopération ne fonctionne pas non plus avec le Niger voisin. Aujourd’hui, le pays qui peut coopérer le plus facilement avec le Mali, c’est le Burkina Faso. Mais il est lui-même dans une situation délicate. Donc il ne peut pas leur venir en aide. 

Où en est la lutte contre le djihadisme au Burkina Faso ?

  • Le 1er décembre, l’armée burkinabè lance l’opération "Feleho", qui signifie "reprendre son bien" en langue locale bwamou. 
  • L’objectif de cette opération est la sécurisation de la province des Banwa, à travers notamment le démantèlement des bases terroristes. 
  • Ce 16 décembre, l’armée annonce qu’un soldat et 39 "terroristes" ont été tués lors de l’opération entre le 1er et le 10 décembre. 
  • "On enregistre également une douzaine de soldats blessés lors des incidents survenus", ajoute l’armée. 

Les forces armées maliennes n’ont que Wagner comme allié. Cependant, la Russie est elle-même engagée dans le conflit en Ukraine. Elle a un autre agenda que de venir au secours du Mali. Et Wagner, ce sont des mercenaires. Ils ne prennent pas beaucoup de risques. Ils ont vu la supériorité en puissance de faits et numériquement de l’État islamique au grand Sahara. Ils n’osent pas aller à l’affrontement. 

Si les gens voulaient agir contre l'État islamique, ils seraient partis les affronter.Seidick Abba, journaliste et écrivain spécialiste du Sahel

S’ils étaient dans une dynamique offensive, ils auraient envoyé des hommes au combat dès la publication des deux vidéos de propagande. Là, les combattants islamistes que l’on a vu sont encore au Mali, ils ne se cachent pas. Si les gens voulaient agir contre eux, ils seraient partis les affronter. Il y a une stratégie d’esquive de la part des forces armées maliennes et de leur allié Wagner. Le danger, au-delà du Mali, c’est l’ensemble de la sécurité au Sahel. 

TV5MONDE : Comment la situation au Sahel peut-elle évoluer ? 

Seidick Abba : Les perspectives ne sont pas bonnes. La menace est devenue globale. La réponse ne peut être que globale, internationale. Elle doit associer tous les pays de la sous-région. Mais aujourd’hui, telle qu’elle se présente, cette coopération n’est pas possible. On parle même de Wagner qui s’est implanté au Burkina Faso. On attend de voir ce que les autorités burkinabés vont dire, mais le président ghanéen a clairement dit à Washington que Wagner s’est installé au Burkina Faso. 

Wagner ne peut pas combattre l’État islamique.Seidick Abba, journaliste et écrivain spécialiste du Sahel

Il y a une sorte de fuite en avant des États, consistant à contracter des services de Wagner. Mais ce n’est pas la solution. Wagner ne peut pas combattre l’État islamique. À partir du moment où Wagner s’installe au Burkina Faso, cela signifie qu’il n’y a plus de possibilité de coopération entre le Burkina Faso et le Niger, car ce dernier ne veut pas de Wagner. Il n’y a déjà plus de coopération entre le Mali et le Niger. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

La réponse transnationale va avoir du mal à se construire.  Ça limite aussi la coopération internationale. Les Américains ne voudront pas apporter de soutien à un pays qui a affaire à Wagner. Ni même Takuba, ni même la France. Cette impossibilité va profiter aux groupes djihadistes qui continueront à avancer. Ils ont déjà entamé leur agenda pour descendre au Bénin, au Togo et dans les autres pays du golfe de Guinée. La situation ne se présente pas de façon très optimiste.