Afrique

Direct - Le président tchadien Idriss Déby est mort, un conseil militaire dirigé par son fils le remplace

Idriss Déby, ici au G5 Sahel du 30 juin dernier, aura dirigé le Tchad pendant plus de 30 ans.
Idriss Déby, ici au G5 Sahel du 30 juin dernier, aura dirigé le Tchad pendant plus de 30 ans.
AP/ Ludovic Marin
Idriss Déby, ici au G5 Sahel du 30 juin dernier, aura dirigé le Tchad pendant plus de 30 ans.
<p>Idriss Déby Itno rencontre le ministre de la Défense français Hervé Morin à N'Djamena, Tchad, le 6 février 2008.</p>

Le président tchadien Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est décédé mardi des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord durant le week-end. Un conseil militaire dirigé par son fils remplace le président décédé.


17h10 GMT.  Tchad : N’Djamena sonnée, après la mort d'Idriss Déby

La mort du président tchadien, Idriss Déby Itno a surpris les habitants de N’Djamena. Notre correspondante sur place, Aurélie Bazzara-Kibangula, décrit des tchadiens qui, pour certains, font des provisions, craignant des combats en ville.
 

Chargement du lecteur...




17h00 GMT. Une quarantaine d'opposants au régime de Déby manifestent leur joie devant l'ambassade du Tchad à Paris.

Une quarantaine de personne manifestaient leur opposition au régime de Idriss Déby non loin de l'ambassade du Tchad à Paris. Ces manifestants rejetent également la mise en place d'un conseil militaire de transition dirigé par le fils d'Idriss Déby. C'est ce qu'a constaté notre journaliste Karine Barzegar.

Des opposants ont manifesté leur joie non loin de l'ambassade du Tchad à l'annonce de la mort d'Idriss Déby.
Des opposants ont manifesté leur joie non loin de l'ambassade du Tchad à l'annonce de la mort d'Idriss Déby.
Karine Barzegar

16H30 GMT. Les rebelles rejetent "catégoriquement" le conseil militaire de transition.

 Les rebelles, qui mènent depuis neuf jours une offensive contre le régime tchadien, ont promis de marcher sur N'Djamena et ont rejeté "catégoriquement" le conseil militaire de transition mené par le fils du défunt président Idriss Déby Itno, mort au combat en tentant de les arrêter. C'est ce qu'a indiqué mardi leur porte-parole à l'AFP.

"Nous rejetons catégoriquement la transition (...) Nous comptons poursuivre l'offensive", a assuré Kingabé Ogouzeimi de Tapol, le porte-parole du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT), joint par téléphone depuis Libreville. L'armée tchadienne et le gouvernement avaient assuré avoir "détruit" la colonne de rebelles et tué 300 combattants.

16H00 GMT. Mahamat Idriss Déby Itno est le nouvel homme fort du régime.

Le fils du président Déby, Mahamat Idriss Déby Itno va diriger le Conseil de transition qui remplace le président décédé. Le fils du président défunt, âgé de 37 ans, est un pur produit de l'armée. Il est devenu un général quatre étoiles à l'âge de 29 ans au sein de l'armée en 2013.

Il a occupé des postes important au sein de  la Direction générale de service de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), la garde présidentielle, base militaire du régime de Déby. Il se distingue auprès des Français lors de combats dans le nord du Mali que mènent ses troupes face aux djihadistes.

Lire : Tchad : qui est Mahamat Idriss Déby Itno, nouvel homme fort du pays ?

15H30 GMT. La France perd un "ami courageux" selon l'Elysée.


La présidence de la république française a réagi par communiqué à la mort d'Idriss Déby. L'Elysée estime que la France perd un "ami courageux". Le Tchad est le principal allié de la France dans son combat contre les djihadistes au Sahel. Plus de 1300 militaires tchadiens venaient d'être envoyés dans la zone des trois frontières (zone qui touche le Mali, le Niger et le Burkina Faso) pour épauler les soldats français.

Florence Parly, la ministre de la défense française s'est également exprimée sur la disparition de Idriss Déby. Selon la ministre française, "le Tchad est un partenaire essentiel dans la lutte contre le terrorisme".




(Re)Lire aussi : Élection présidentielle au Tchad : Idriss Déby ou l'art de se rendre indispensable à la France

13h10 GMT. L'armée promet des "élections libres et démocratiques" après une transition militaire de 18 mois.

Des élections "libres et démocratiques" seront organisées au Tchad à l'issue d'une "période de transition" de 18 mois dirigée par un conseil militaire présidé par le fils du chef de l'Etat Idriss Déby Itno tué au combat contre des rebelles, a promis mardi l'armée.

13h00 GMT. Décès d'Idriss Déby : portrait de ce militaire à la tête du Tchad pendant 30 ans.

Chargement du lecteur...

12H45 GMT. Les précisions de notre correspondante Aurélie Bazzara-Kibangula.

"Les programmes de la radio et de la télévision ont été suspendus depuis ce matin", explique Aurélie Bazzara-Kibangula, notre correspondante à N'Djamena. "Selon certaines sources sécuritaires, le président avait été bléssé lors des combats avec les rebelles du FACT et il aurait été rapatrié d'urgence en hélicoptère pour se faire soigner.

Chargement du lecteur...

12H30 GMT. L'annonce de la mort du président Déby a été faite par le porte-parole de l'armée entourée par de nombreux militaires.
 

Chargement du lecteur...



12H00 GMT Suite au décès d'Idriss Déby au Tchad, le couvre-feu et la fermeture des frontières ont été décrétés (armée).

11H00 GMT. Un conseil militaire dirigé par un des fils du président Déby, Mahamat Idriss Déby Itno, remplace le président décédé.

Un de ses fils, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirige un conseil militaire chargé de remplacer le président tchadien Idriss Déby Itno décédé mardi, a annoncé l'armée à la radio d'Etat.

Un de ses fils, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirige un conseil militaire chargé de remplacer le président tchadien Idriss Déby Itno.
Un de ses fils, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirige un conseil militaire chargé de remplacer le président tchadien Idriss Déby Itno.
DR



"Un conseil militaire a été en mis en place dirigé par son fils, le général Mahamat Idriss Déby Itno", a déclaré le porte-parole de l'armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l'antenne de la Radio nationale, peu de temps après qu'il eut annoncé la mort du chef de l'Etat - à peine réélu - dans des combats contre les rebelles dans le nord. "Le conseil s'est aussitôt réuni et a promulgué la charte de transition", a-t-il ajouté.

10H40 GMT. La télévision d'Etat annonce la mort d'Idriss Déby, mort sur le front.

La nouvelle a été annoncé par le porte-parole sur la télévision d'Etat, le général Azem Bermandoa Agouna dans un communiqué lu à l'antenne de TV Tchad.

"Le président de la république, chef de l'Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l'intégrité territoriale sur le champ de bataille. C'est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad", a ainsi annoncé la télévision d'Etat.

Idriss Déby, 68 ans, militaire de carrière qui s'est emparé du pouvoir en 1990 à l'issue d'un coup d'Etat, promu au rang de Maréchal en août dernier, venait d'être réélu pour un mandat de 6 ans avec 79,32% des suffrages exprimés, selon des résultats provisoires énoncés lundi soir par l'instance électorale nationale.

Voir aussi : Présidentielle au Tchad : Idriss Déby vers un 6e mandat

Chargement du lecteur...

(Re)Lire aussi : Élection présidentielle au Tchad : Idriss Déby ou l'art de se rendre indispensable à la France

Des ministres et des officiers de hauts rangs avait indiqué lundi que le chef de l'Etat s'était rendu samedi et dimanche sur le front opposant son armée à une colonne de rebelles qui avait lancé une offensive à partir de bases arrières en Libye le jour du scrutin, le 11 avril.

Les rebelles, que l'armée avait assuré avoir défaits dans les combats, avaient affirmé dans un communiqué que M. Déby avait été blessé, mais l'information n'avait pas été confirmée de source officielle.