Douze "tirailleurs sénégalais" vivant en France vont pouvoir rentrer dans leur pays d'origine grâce à une aide de l'État français

C'est la fin d'une longue bataille administrative. Douze tirailleurs sénégalais vivant en France vont pouvoir rentrer dans leur pays d'origine grâce à une aide de l'État français, à partir du mois d'avril. Ils sont encore 37 à vivre en France.
Image
TIRAILLEURS SENEGALAIS
Des tirailleurs sénégalais quittent la gare de Dakar ce 19 février 1943 pour se rendre sur le front de Tunisie contre les troupes nazies.
AP PHOTO
Partager3 minutes de lecture

Douze tirailleurs sénégalais vont pouvoir enfin rentrer chez eux dans leurs pays d'origine. Ils bénéficieront à partir du mois d'avril d'une aide financière de la République française pour laquelle ils ont combattu pour certains durant la Seconde guerre mondiale ou dans les guerres coloniales. Cette aide selon la Secrétaire d'Etat aux anciens combattants et de la mémoire, Patricia Mirailles devrait être "conséquente".

Cette décision du gouvernement pourrait également créer un précédent pour les nombreux tirailleurs de différents pays d’Afrique enrôlés notamment lors de la première et seconde guerre mondiale dans les rangs de l’armée française. Créé sous le Second Empire (1852-1870) et dissous au début des années 1960, le corps français des "Tirailleurs sénégalais" rassemblait des militaires nés dans les anciennes colonies françaises en Afrique et enrôlés dans l'armée française.

Une aide "conséquente"



Cette aide "conséquente" est faite pour aider à la réinstallation des tirailleurs dans leur pays d’origine.  Le déménagement et l'installation seront donc prise en charge par l’Office national des anciens combattants. Les soins médicaux mais également le minimum vieillesse et les pensions d’invalidité seront également couvert par cette aide. "Les tirailleurs seront acueillis par l'ambassadeur de France", indique ainsi Patrica Miralles.

Cette disposition devrait être appliquée également aux anciens combattants d’origine mauritanienne ou encore malienne. Un changement de taille pour ces tirailleurs qui, afin de pouvoir percevoir leur minimum vieillesse, étaient contraints de vivre au moins la moitié de l’année en France.

Lire : qui étaient les tirailleurs sénégalais, héros du film avec Omar Sy ?
 

Au Sénégal des pensions qui ne dépassent pas 60 euros


En France, leur histoire commence aussi à sortir de l'ombre, notamment grâce à la parution en 2018 du livre multiprimé Frère d'âme, de David Diop. Et aujourd'hui avec la sortie du film "Tirailleurs" qui raconte l'histoire d'un père et son fils découvrant ensemble l'enfer de la Grande guerre.

Au Sénégal, la France se montre moins généreuse. Les pensions ne dépassent pas les 60 euros par mois. Près de 80 ans plus tard, les tirailleurs sénégalais et leurs héritiers déplorent des retraites inférieures à celles de leurs frères d'armes français, ou encore de visas difficiles à obtenir pour leurs descendants.