Afrique

Ecolières de Dapchi : le gouvernement nigérian reconnaît leur enlèvement

Chargement du lecteur...
N. LOPPY / C. DEHONDT
©TV5MONDE

Une semaine après la disparition de 110 écolières à Dapchi, le gouvernement nigérian confirme officiellement leur enlèvement par des membres présumés de Boko Haram. Un coup dur pour le président Muhammadu Buhari qui avait promis en mai 2015 d'éradiquer le groupe djihadiste. 
 

dans

Il aura fallu une semaine pour que le président Muhammadu Buhari admette l'enlèvement de 110 filles par des membres présumés de Boko Haram. C'est un
véritable coup dur pour l'ex-général. Cet enlèvement de masse rappelle celui de Chibok : en 2014, 276 lycéennes de Chibok avaient été enlevées par le groupe terroriste.Un an plus tard, élu président du Nigeria, Muhammadu Buhari promettait,  qu'il changerait la donne.

Permettez moi d'être clair. Cette administration est résolue à veiller à ce que les personnes enlevées par les insurgés soient secourues ou libérées en toute sécurité. Tout particulièrement en ce qui concerne le groupe de filles enlevées le 19 février dans le collège de Dapchi. J'ai ordonné à toutes les forces de l'ordre de  tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité de nos écoles.
Muhammadu Buhari, président du Nigéria


Est-ce un échec pour le président Buhari ? L'armée déployée dans le pays est sur tous les fronts, pourtant les attentats suicides et les kidnappings rythment la vie d'une partie de la population.Suite aux combats, près de 2 millions de civils ont été déplacés 
Et seule une centaines des lycéennes de Chibok a retrouvé la liberté en échange de fortes rançons et de libération de prisonniers.Selon certains observateurs cela a attisé la convoitise d'autres groupes armés. Plus que jamais le Nigeria fait face à un défit sécuritaire