Afrique

En Algérie, "le pouvoir veut aujourd'hui en finir définitivement avec le Hirak"

<p>Affiches électorales pour les législatives du 12 juin 2021 en Algérie, ici à Ain Oussara à 200 km au sud d'Alger.</p>

Affiches électorales pour les législatives du 12 juin 2021 en Algérie, ici à Ain Oussara à 200 km au sud d'Alger.

© AP Photo/Fateh Guidoum

Entretien - Une figure du Hirak et deux journalistes. En Algérie, à la veille des élections législatives anticipées du 12 juin, le pouvoir a à nouveau fait arrêter jeudi soir trois personnalités. Une répression qui, ajoutée à un durcissement du Code pénal, préoccupe la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH). Son vice-président Saïd Salhi estime d'ores et déjà que le scrutin de ce samedi sera un "échec".

[Mise à jour samedi 12 juin : les deux journalistes Khaled Drareni et Ihsane El Kadi ainsi que l'opposant Karim Tabbou ont été libérés samedi 12 juin, au surlendemain de leur arrestation.]

"Tout ce que l'on sait pour l'instant, c'est qu'ils ont appelé leurs familles pour prévenir qu'ils étaient détenus à la caserne Antar, à la Sécurité intérieure". Ce vendredi 11 juin à la mi-journée, Saïd Salhi ne cache pas son inquiétude et sa colère. A la veille des élections législatives, le vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) juge qu'il s'agit d'un "message désastreux" que les autorités algériennes viennent d'adresser à "toutes les voix discordantes" qui s'expriment encore en Algérie. 

Les trois personnalités arrêtées jeudi soir sont des figures de l'opposition ou du journalisme indépendant. 
Karim Tabbou est l'un des plus célèbres visages du Hirak, le mouvement qui, depuis février 2019, organise de grandes marches dans les grandes villes algériennes pour réclamer la fin du "système". Ihsane El Kadi et Khaled Drareni sont, eux, des journalistes dont la couverture de la contestation depuis deux ans déplaît jusqu'au sommet de l'Etat algérien.

Pourquoi ont-ils été interpellés jeudi soir ? A l'approche des élections législatives, Saïd Salhi n'y voit qu'un "tour de vis supplémentaire, une escalade qui a déjà commencé il y a un mois". Des arrestations d'autant plus incompréhensibles que "Tabbou et Ihsane sont sous contrôle judiciaire et sont, l'un et l'autre, soumis au silence depuis un mois ! Ils n'ont le droit ni de prendre la parole publiquement, ni même de se déplacer !" précise le vice-président de la LADDH.

A défaut d'une explication, Saïd Salhi y voit un message clair adressé aux acteurs du Hirak. Si le mouvement s'est essoufflé à Alger, les marches du vendredi se poursuivent dans certaines régions d'Algérie et le vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme estime que "le pouvoir veut aujourd'hui en finir définitivement avec le Hirak". 

Un code pénal plus sévère

Un autre message lui a été envoyé en milieu de semaine avec la modification du Code pénal publiée jeudi 10 juin au Journal officiel. Le site d'information TSA précise que "le texte a été adopté dimanche 30 mai lors de la réunion du Conseil des ministres sous la présidence d’Abdelmadjid Tebboune". L'ordonnance prévoit d'élargir la définition du terrorisme ainsi que de dresser "une liste nationale des personnes et entités terroristes

Saïd Salhi, vice président de la ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH).
Saïd Salhi, vice président de la ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH).

qui commettent l’un des actes prévus à l’article 87 bis du présent code, qui sont classifiés 'personne terroriste' ou 'entité terroriste', par la commission de classification des personnes et entités terroristes".

Deux mouvements figurent d'ores et déjà dans la liste. D'une part, le mouvement islamiste Rachad, est soupçonné par les autorités de vouloir rebondir sur le Hirak pour imposer à l'Algérie un Etat islamique. Le pouvoir lui reproche des accointances aussi bien avec la Turquie qu'avec Israël...
D'autre part, le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) est également dans le viseur des autorités pour son rôle dans "une dangereuse conspiration ciblant le pays".

Pour le pouvoir algérien, le Hirak est aujourd’hui "infiltré par des activistes du Rachad et des militants du MAK, qui chercheraient à l’entraîner dans la confrontation violente", par conséquent, pour Saïd Salhi, cette modification du Code pénal "classe indirectement le Hirak comme organisation terroriste".

Un "rendez-vous raté"

Avec ces nouvelles arrestations jeudi, "230 personnes se trouvent désormais derrière les barreaux en Algérie pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles", rapportent aujourd'hui la LADDH et le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). "C'est du jamais vu !" estime Saïd Salhi, ajoutant que "le pouvoir organise une élection dans un climat de peur et de restrictions". 

Ce samedi 12 juin, quelques 24 millions d'électeurs seront appelés à élire les 407 députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) pour un mandat de cinq ans.
Sur le papier, les électeurs, ont un choix inédit car plus de la moitié des 1500 listes se présentent comme "indépendantes", c'est à dire non estampillés Front de libération nationale (FLN) ou Rassemblement national démocratique (RND), les deux principaux partis. Mais ces nouveaux candidats, largement encouragés par le pouvoir, "personne ne les connaît !" souligne Saïd Salhi . "Le pouvoir joue cette carte des indépendants, mais quand on les voit, il y a peu de militants, peu de gens qui ont un parcours connu". Avant d'ironiser : "Ils sont incolores et indolores !"

Saïd Salhi considère déjà ces élections législatives comme un "rendez-vous manqué". Selon le militant des droits humains, "le prochain Parlement algérien a déjà perdu toute légitimité démocratique, toute crédibilité. L'enjeu devait être de reconquérir la légitimité populaire, construire la stabilité. Mais c'est un échec et la répression en est une preuve !"