Afrique

En Côte d'Ivoire, des livres dans les salons de coiffure pour lutter contre l’analphabétisme

Chargement du lecteur...

Depuis 2012, la Bibliothèque nationale d'Abidjan met gratuitement des livres à disposition, dans les salons de coiffure pour dames. L'objectif est de redonner le goût de la lecture aux Ivoiriennes, plus touchées par l'analphabétisme que les Ivoiriens.

dans

Chez "Jacqui's Coiffure'', dans le quartier d'Abobo à Abidjan, l'ambiance est studieuse. Pas de papotage entre clientes et coiffeuses, mais des livres!
Ils sont accessibles gratuitement et régulièrement renouvelés .
Une occasion en or pour les femmes qui y viennent et qui ont du mal à trouver du temps pour lire, entre leur vie professionnelle et leur vie familiale, bien chargées.


La femme doit s'occuper des enfants, de la maison, de son mari et de tout. Quand elle a fini, elle est fatiguée. Elle doit se reposer, c'est difficile pour la lecture.

Samia Bakala, une cliente.


Le temps, ces femmes le prennent lorsqu'elles viennent, notamment, se faire tresser, dans ce salon, pendant des heures. Elles se laissent donc tenter par un roman ou un essai sur les droits des femmes, ou de l'enfant. Colette Tossou, la patronne des lieux, n'a pas hésité lorsque la Bibliothèque nationale d'Abidjan lui a proposé d'installer une petite vitrine, pleine d'ouvrages dans ses locaux. Colette Tossou pousse ses employées à faire une pause-lecture, lorsque le coeur leur en dit. "Depuis que la bibliothèque a était installé, je lis plus souvent des livres, raconte Nina Karamoko, apprentie-coiffeuse. Cela enrichit mon vocabulaire, mon "dictionnaire personnel" et j'apprends plein d'autres choses"

Une vingtaine de salons de coiffure seulement sont concernés, pour l'instant, dans toute la Côte d'Ivoire. Mais l'initiative est prometteuse pour toucher les femmes, en particulier. Car si selon le gouvernement ivoirien, le taux d'alphabétisation progresse dans le pays, il n'est que de 47% chez les femmes, contre 56% en moyenne, sur l'ensemble de la population.