Afrique

En Côte d'Ivoire, le Conseil constitutionnel planche sur la liste des candidats à la présidentielle d'octobre

Alassane Ouattara déposant sa candidature à la Commission électorale le 24 août 2020. Le président sortant est l'un des 44 candidats dont le dossier a été transmis au Conseil constitutionnel.
Alassane Ouattara déposant sa candidature à la Commission électorale le 24 août 2020. Le président sortant est l'un des 44 candidats dont le dossier a été transmis au Conseil constitutionnel.
© TV5MONDE

D'ici quinze jours au plus tard, les Ivoiriens connaîtront la liste définitive des candidats à la présidentielle du 31 octobre. Au Conseil constitutionnel d'établir cette liste. La commission électorale indépendante lui a transmis ce jeudi 3 septembre 44 dossiers de candidature dont l'immense majorité devrait être retoquée.

De source proche de la CEI, moins d'une dizaine de candidats devraient être déclarés éligibles. Parmi les dossiers qui devraient être invalidés figurent un certain nombre de candidats farfelus mais surtout ceux de deux poids lourds, l'ex-président Laurent Gbagbo et l'ancien chef rebelle et Premier ministre Guillaume Soro. Tous les deux devraient être déclarés inéligibles en raison de condamnations qui ont déjà conduit à leur radiation des listes électorales en août.
 

Laurent Gbagbo, 75 ans, qui ne s'est encore jamais prononcé publiquement sur une possible candidature, est en liberté conditionnelle en Belgique, dans l'attente d'un éventuel procès en appel devant la Cour pénale internationale (CPI) qui l'a acquitté en première instance de l'accusation de crimes contre l'humanité.
Mais il est sous le coup d'une condamnation en 2018 à 20 ans de prison par la justice ivoirienne pour l'affaire dite du "braquage de la BCEAO", (Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest), lors de la crise de 2010-2011. Cette crise, qui s'était ouverte après le refus de M. Gbagbo de reconnaitre sa défaite face à l'actuel président, Alassane Ouattara, avait -officiellement - fait 3.000 morts.

Guillame Soro, 48 ans, qui vit en France, a été condamné en Côte d'Ivoire en avril 2020 à 20 ans de prison pour "recel de détournement de deniers publics".
"Le Conseil constitutionnel aura la lourde responsabilité devant le peuple ivoirien et l'Histoire" de statuer sur l'éligibilité, avait lancé Georges-Armand Ouegnin, président de la plateforme qui a déposé la candidature de M. Gbagbo.

Le cas Ouattara

Le Conseil constitutionnel devra aussi se prononcer sur la candidature d'Alassane Ouattara. A 78 ans, le président sortant brigue un troisième mandat controversé. 
Comme la précédente, la Constitution de 2016 limite à deux les mandats présidentiels. Les partisans de M. Ouattara affirment que le changement de Constitution a remis le compteur à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.

L'annonce de cette candidature a provoqué des manifestations qui ont dégénéré en violences ayant fait une quinzaine de morts en août.