Afrique

En RDC, l'indignation des catholiques après la répression du 31 décembre

Chargement du lecteur...
Reportage TV5MONDE | FRANCINE MOKOKO • SOPHIE ROUSSI • CHRISTOPHE BRACHARD

L'influent archevêque de Kinshasa qualifie de "barbarie" la répression de la marche des catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila
Le bilan des victimes continue de créer la controverse.
Dans les églises, les traces des violences sont encore visibles.

dans
48h après les marches anti-Kabila, Kinshasa retrouve peu à peu son calme, mais dans tous les esprits, les images de la répression tournent en boucle. Dans la paroisse Saint-Alfonse des victimes ont perdu la vie et le père Ndonguisila a tenu à ce que les taches de sang autour de l'église ne soient pas lessivées, que les impact de balles soient bien visibles par tous les témoins. 
Dimanche, les forces de sécurité de la République démocratique du Congo ont réprimé des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène et empêché des marches interdites organisées à l'appel d'un collectif catholique, faisant douze morts selon les organisateurs.
"Nous ne pouvons que dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie", a déclaré le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya à la presse
Dans un communiqué, l'épiscopat, qui ne donne pas de bilan précis mais parle de "mort d'hommes", demande "une enquête sérieuse et objective pour établir les responsabilités" et condamne "l'atteinte à la liberté de culte garantie dans tout État démocratique, la profanation de certaines églises et l'agression physique des fidèles dont les servants de messe et les prêtres".

Marches de catholiques

Les marches de catholiques exigeaient l'application d'un accord de sortie de la crise née du maintien au pouvoir de Joseph Kabila, signé le 31 décembre 2016 et prévoyant l'élection fin 2017 d'un successeur. Le dernier mandat du président Kabila, au pouvoir depuis 2001. s'est achevé en décembre 2016 et la Constitution lui interdit de se représenter.
Mais l'accord, conclu entre le pouvoir et l'opposition sous l'égide des évêques, n'a pas été appliqué et un nouveau calendrier, récusé par l'opposition et la société civile, prévoit maintenant des élections à la fin de cette année.
"Comment ferons-nous confiance à des dirigeants incapables des protéger la population, de garantir la paix, la justice, l'amour du peuple ?", s'est interrogé le cardinal Monsengwo qui a joué un rôle de premier plan dans l'histoire de la RDC depuis la décennie 1990.
"Il est temps que la vérité l'emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo", a-t-il lancé.

Bilan contesté

En RDC, le bilan même de la répression des dernières manifestations a provoqué une polémique entre la police qui dit qu'"aucun mort" n'a été enregistré et d'autres sources qui font état de victimes.
"Une douzaine de morts a été répertoriée : 11 à Kinshasa et un à Kananga" dans le centre du pays, a déclaré un porte-parole des organisateurs, Jonas Tshiombela.
L'ONU a de son côté fait état d'une "violente répression" qui a occasionné "la mort d'au moins cinq personnes, plusieurs blessés et l'arrestation de plus de 120 personnes".
La police a rétorqué que les morts n'étaient pas des manifestants mais des "pillards" et des "bandits" tués loin des lieux des manifestations. Le gouvernement a fait état d'un policier tué le même jour dans "l'attaque" d'un commissariat de police.

Trésor Kibanguila, journaliste à Jeune Afrique : "l'Eglise a décidé de passer à l'action"
(extrait du Journal Afrique du 02/01/18) :

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE