Éthiopie : la région du Tigré sera administrée par un exécutif intérimaire

Image
Getachew Reda
Getachew Reda devient le dirigeant de l'exécutif régional intérimaire de la région du Tigré, en Éthiopie. 
AP Photo/Brian Inganga
Partager3 minutes de lecture
Un exécutif régional intérimaire de 27 membres a été formé pour administrer le Tigré. Cela intervient dans le cadre du processus de paix engagé depuis novembre 2022 pour mettre fin au conflit brutal dans cette région du nord de l'Éthiopie.

27 membres composent le nouvel exécutif régional intérimaire, formé ce 5 avril 2023 pour administrer la région du Tigré en Éthiopie.  La télévision officielle du Tigré, Tigrai TV, a publié la liste de cette équipe dans laquelle figure en bonne place des généraux tigréens et plusieurs figures du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF). Il s'agit du parti qui dirigeait les institutions de la région avant de prendre les armes contre le gouvernement fédéral en novembre 2020.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En mars, le TPLF avait désigné un de ses principaux dirigeants, Getachew Reda, pour présider la région et diriger ce gouvernement intérimaire prévu par l'accord de paix signé le 2 novembre à Pretoria. Ce choix avait été entériné par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. Debretsion Gebremichael, qui présidait la région depuis janvier 2018 et qui ne figure pas dans la nouvelle équipe, a formellement passé ce 5 avril le flambeau à Getachew Reda lors d'une cérémonie à Mekele, capitale du Tigré, selon Tigrai TV.

"Membres du gouvernement intérimaire du Tigré, vous avez reçu la responsabilité de jouer un rôle dans l'étape pacifique de la lutte pour assurer la sécurité et les intérêts du peuple du Tigré", déclare Debretsion Gebremichael, président du TPLF depuis 2017. Le numéro 2 du gouvernement régional intérimaire est le général Tadesse Worede, chef des forces du Tigré durant le conflit. Il est nommé vice-président de la région, en charge de la Paix et la Sécurité.

Chef militaire du TPLF quand celui-ci était un groupe rebelle combattant le régime militaro-marxiste du Derg, devenu chef d'état-major de l'armée fédérale éthiopienne dans les années 1990 et 2000 quand le TPLF était tout-puissant en Ethiopie, le général Tsadkan Gebretensae, stratège des forces du Tigré, est lui nommé chef du département "Démocratisation et Gouvernance décentralisée" et numéro 3 de l'exécutif.

Un ancien gouvernement régional jugé "illégal"

Le précédent gouvernement régional était considéré "illégal" par Addis Abeba car issu de législatives organisées en 2020 au Tigré, malgré le report par les autorités fédérales de tous les scrutins en Ethiopie en raison de la pandémie de Covid-19.

Après des mois de tensions, Abiy Ahmed avait le 4 novembre 2020 envoyé l'armée fédérale destituer les dirigeants du Tigré, accusant les forces régionales d'avoir attaqué des bases fédérales de la région. En 2021, au plus fort de la guerre, le TPLF avait été inscrit sur la liste des entités terroristes par les autorités éthiopiennes qui l'en ont retiré le 22 mars, conformément à l'accord de paix. Le TPLF a gouverné de fait l'Ethiopie durant trois décennies avant d'être progressivement marginalisé à l'arrivée au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018, à la faveur de plusieurs mois de contestation populaire.