Afrique

Ethiopie : les frappes aériennes de l'armée continuent sur la capitale du Tigré

Vue de Mékélé, capitale du Tigre, depuis une vitre brisée par une balle. 
Vue de Mékélé, capitale du Tigre, depuis une vitre brisée par une balle. 
Ben Curtis / AP

De nouvelles frappes aériennes ont été menées par l'armée éthiopienne ce 22 octobre sur la capitale de la région du Tigré. Ces opérations militaires durent depuis quatre jours. 

L'armée éthiopienne a mené vendredi de nouvelles frappes sur la capitale de la région en guerre du Tigré, Mékélé, lors d'une quatrième journée d'opérations aériennes cette semaine, a déclaré une porte-parole du gouvernement.
Chargement du lecteur...
Les frappes de vendredi visaient un centre d'entraînement utilisé par le groupe rebelle du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), a déclaré Billene Seyoum, ajoutant qu'il "servait également de plaque tournante dans les combats" menés par le TPLF.

Un conflit qui dure depuis 11 mois

Le gouvernement du premier ministre Abiy Ahmed est confronté depuis onze mois à un conflit dans la région septentrionale du Tigré contre le TPLF.  Le prix Nobel de la paix 2019 a envoyé l'armée le 4 novembre 2020 pour chasser les autorités régionales dissidentes issues du TPLF, qu'il accuse d'avoir orchestré des attaques contre des bases militaires. 
  Le premier ministre éthiopien avait proclamé la victoire fin novembre mais fin juin le TPLF a réussi à reprendre la majeure partie de la région, dont Mékélé. L'armée éthiopienne s'était alors largement retirée. Lundi, l'armée de l'air éthiopienne a mené deux frappes sur Mékélé qui, selon l'ONU, ont tué trois enfants et blessé plusieurs autres personnes.

Mercredi, il a bombardé des caches d'armes du TPLF à Mékélé et dans la ville d'Agbe, située à environ 80 kilomètres à l'ouest. Un responsable de l'hôpital de la ville a indiqué à l'AFP que cette frappe avait fait au moins huit blessés, dont une femme enceinte.

La communauté internationale inquiète

Une quatrième frappe a visé la capitale régionale jeudi, sans faire de victime, selon les médecins et le TPLF. Aucune information n'était disponible immédiatement sur des victimes dans l'opération de vendredi.

La communauté internationale s'est alarmée de ces récentes frappes. Un porte-parole du département d'Etat américain a affirmé mercredi que Washington "condamne l'escalade continue de la violence, qui met les civils en danger". 

Ces frappes aériennes surviennent à un moment où des informations font également état d'intenses combats dans la région de l'Amhara, située au sud du Tigré, où les rebelles du TPLF ont déclenché une offensive en juillet.

Voir aussi :

Éthiopie : les racines du conflit au Tigré

Éthiopie : les séquelles de la guerre au Tigré