Afrique

Éthiopie: les rebelles du Tigré accusent l'armée de mener une offensive à "grande échelle"

Des soldats du gouvernement éthiopien à l'arrière d'un camion sur une route près d'Agula, dans la région du Tigré, le 8 mai 2021.
Des soldats du gouvernement éthiopien à l'arrière d'un camion sur une route près d'Agula, dans la région du Tigré, le 8 mai 2021.
AP Photo/Ben Curtis

Les autorités rebelles du Tigré accusent l’armée fédérale Éthiopienne d'avoir lancé une "offensive de grande échelle" contre la région nord du pays. Cette attaque, pour l'heure non confirmée de source indépendante, marquerait la fin d’une trêve en vigueur depuis fin mars 2022. Le gouvernement fédéral accuse lui les rebelles d'avoir repris les combats.

Les forces fédérales éthiopiennes "ont lancé une offensive tôt ce (mercredi 24 août) matin vers 05H00 (02H00 TU), nous défendons nos positions", a déclaré à l’AFP Getachew Reda porte-parole des autorités rebelles du Tigré. Cette attaque serait une  "offensive à grande échelle" lancée contre les "positions sur le front Sud" des rebelles tigréens selon un communiqué diffusé sur Twitter. Le gouvernement fédéral accuse lui les rebelles d'avoir repris les combats. 
 
Le Tigré étant largement coupé du reste du pays, ces accusations n’ont pour l’instant pas pu être vérifiées de source indépendante.

Le gouvernement éthiopien renvoie pour sa part la responsabilité de l’attaque aux forces du tigré. "Ne tenant aucun compte des nombreuses offres de paix présentées par le gouvernement éthiopien, les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont lancé une attaque aujourd'hui à 05H00" (02H00 TU) dans une zone située au sud du Tigré", affirment les autorités d'Addis-Abeba. "Nos vaillantes forces de défense et toutes nos forces de sécurité répondent victorieusement et de manière coordonnée à cette attaque", ajoute le gouvernement éthiopien . Il appelle la communauté internationale à exercer "une forte pression" sur les autorités rebelles du Tigré.  
 
Le Tigré, région du nord de l'Ethiopie, partage ses frontières avec l'Erythrée et le Soudan.
Le Tigré, région du nord de l'Ethiopie, partage ses frontières avec l'Erythrée et le Soudan.
© TV5MONDE

Addis-Abeba affirme avoir abattu un avion destiné aux rebelles 

L'armée fédérale éthiopienne a annoncé ce mercredi 24 août avoir abattu un avion présumé transporter des armes destinées aux rebelles du Tigré. "L'avion, qui a violé notre espace aérien en passant par le Soudan (...) visait à fournir des armes au groupe terroriste", affirme à l’agence de presse officielle ENA le général Tesfaye Ayalew.

L’officier éthiopien ne précise ni l’origine de l’appareil ni la date à laquelle il a été abattu. Il indique cependant que l'appareil "est présumé appartenir aux ennemis historiques voulant affaiblir l'Ethiopie qui ont depuis des années soutenues le TPLF". 

Fin d'une trêve de 5 mois 

Ces derniers jours les tensions se sont accrues entre le gouvernement fédéral et les rebelles tigréens. Chacun des deux camps accuse l’autre de se préparer à reprendre les hostilités. Ces deux derniers mois, les deux partis au conflit s’étaient engagés à mener des négociations qui n'ont toujours pas commencé.

Ce mardi 23 août 2022, l’armée éthiopienne avait accusé les rebelles tigréens de la "diffamer" en l'accusant notamment de "faire mouvement vers leurs positions" ou de les "bombarder". 

Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 lorsque le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait envoyé l'armée déloger les autorités de la région opposés à son autorité depuis plusieurs années. Le ministre accusait alors les autorités régionales d’attaques sur les bases militaires de l'armée fédérale.  

À lire : Éthiopie : les racines du conflit au Tigré