Afrique

Football-Trophée Yachine : "Edouard Mendy est sous-estimé"

Le gardien de but de Chelsea, Edouard Mendy, salue les supporters à la fin du match de football de Premier League entre Chelsea et Burnley (1-1), au stade de Stamford Bridge à Londres, le 6 novembre 2021.
Le gardien de but de Chelsea, Edouard Mendy, salue les supporters à la fin du match de football de Premier League entre Chelsea et Burnley (1-1), au stade de Stamford Bridge à Londres, le 6 novembre 2021.
Frank Augstein (AP)

Entretien. La très attendue cérémonie de remise du Ballon d’Or France Football livrera son verdict annuel lundi 29 novembre au théâtre du Châtelet, à Paris. Y sera également décerné le Trophée Yachine, qui récompense le meilleur gardien de l’année. Parmi les dix candidats en lice, l’international sénégalais de Chelsea, Edouard Mendy (29 ans), fait figure de favori pour succéder à Alisson Becker. Le journaliste sportif, Patrick Juillard, revient sur la saison magistrale du portier des Blues et présage l'issue du vote. 

TV5MONDE : Quels sont les critères retenus par les électeurs dans l’attribution du Trophée Yachine ?

Patrick Juillard : Ce sont les mêmes critères que ceux du Ballon d’Or. À savoir, le palmarès sur l’année calendaire, ce qu’ils appellent la « carrière », autrement dit comment le joueur a pris une dimension particulière et importante. Le critère de personnalité, d’exemplarité, ce que dégage de positif le joueur, entre aussi en compte. C’est la raison pour laquelle Edouard Mendy a logiquement été nommé cette année et qu’il fait figure de favori.

C’est presque un gardien qui commence à faire peur aux attaquants adverses, à l’instar de Manuel Neuer ou Jan Oblak. Ils ne sont pas nombreux.

Patrick Juillard, journaliste sportif

TV5MONDE : À cet égard, par ses performances, Edouard Mendy a marqué les esprits lors de l’exercice 2020/2021.

Patrick Juillard : Je crois qu’en 60 matchs de Premier League (ndlr : le championnat anglais de première division), il en est à 35 « clean sheet » ou « feuille blanche », soit le fait de ne pas avoir encaissé de buts. Il n’a par ailleurs concédé que deux buts dans la phase à élimination directe de la Ligue des Champions, après janvier, celle qui compte pour le Ballon d’Or. C’est impressionnant.

Il est un élément moteur de la solidité de Chelsea, une équipe basée sur un bloc compact, une projection rapide et qui ne pratique pas la possession à outrance. Il est à la fois un gardien infranchissable mais aussi le premier relanceur lorsqu’il faut jouer vite.

(Re)voir : Football : Edouard Mendy élu meilleur joueur africain

Chargement du lecteur...

Il est arrivé à maturité et a trouvé une équipe faite pour exprimer au mieux ses qualités. C’est presque un gardien qui commence à faire peur aux attaquants adverses, à l’instar de Manuel Neuer ou Jan Oblak. Ils ne sont pas nombreux. Il dégage beaucoup de sérénité, même s’il n’est pas sans cesse en train de rameuter ses défenseurs. Et puis il a une envergure incroyable ! C’est un albatros, et à ce titre, ils ont un point commun avec Donnarumma.

Le gardien de Chelsea Edouard Mendy effectue un arrêt après la frappe de Christian Norgaard de Brentford (au sol), qui a tenté de marquer avec un coup de pied aérien lors du match de football de la Premier League anglaise entre Brentford et Chelsea au Brentford Community Stadium de Londres, le samedi 12 octobre 2021.<br />
AP Photo/Matt Dunham
Le gardien de Chelsea Edouard Mendy effectue un arrêt après la frappe de Christian Norgaard de Brentford (au sol), qui a tenté de marquer avec un coup de pied aérien lors du match de football de la Premier League anglaise entre Brentford et Chelsea au Brentford Community Stadium de Londres, le samedi 12 octobre 2021.
AP Photo/Matt Dunham

TV5MONDE : Justement, le gardien international italien du Paris Saint-Germain (PSG), Gianluigi Donnarumma, est présenté comme son principal rival. Lui aussi s’est brillamment illustré, notamment lors du championnat d’Europe remporté par l’Italie cet été. 

Patrick Juillard : Gianluigi Donnarumma est un gardien plus jeune, avec une ascension disons plus météorique qu’Edouard Mendy, qui a mis plus de temps à exploser au plus haut niveau. Il a commencé au Milan AC à 16 ans. On sait que c’est un futur immense gardien. Il s’est montré à la hauteur des prévisions optimistes le concernant. De combien de joueurs dit-on, à 16 ans, qu’ils sont de futurs prodiges, pour qu’au final ils se perdent en National 2 (ndlr : une division du championnat de France amateur) à 19 ans ? 

Il est aujourd’hui une figure emblématique de la Squadra Azzurra. Il vient d’arriver au PSG et son adaptation se passe bien malgré des conditions pas forcément évidentes, avec notamment ce turn-over mis en place par Mauricio Pochettino. Il sera sans doute amené à être renommé plusieurs fois. C’est un bon client.

Parmi les dix nominés pour le Trophée Yachine, le seul gardien à aussi figurer dans la liste des 30 du Ballon d’Or, est Donnaruma [...]. Pour moi le vote est faussé.

Patrick Juillard, journaliste sportif

TV5MONDE : Même s’il est toujours hasardeux de s’aventurer à des pronostics, est-ce qu’une tendance se dégage ?

Patrick Juillard : Je ne pense pas qu’Edouard Mendy remportera ce trophée pour une raison simple. Parmi les dix nominés pour le Trophée Yachine, le seul gardien à aussi figurer dans la liste des 30 du Ballon d’Or est Donnarumma. Je trouve cela très malhonnête de la part de la rédaction de France Football (FF), puisqu’elle a déjà orienté le vote du jury. Pour moi le vote est faussé et Donnarumma va sans doute remporter le prix.

Il faut que FF aille jusqu’au bout de sa logique. Puisqu’on a créé un prix qui récompense les gardiens, il ne faut plus que ces derniers soient nommés au Ballon d’Or. La lutte serait plus loyale.

Que l’on s’entende, ce n’est pas absurde de voir Donnarumma dans la liste des 30. Ce qui est, en revanche, plus choquant, c’est de ne pas y voir Edouard Mendy. Au même titre que ç’eut été choquant de voir Mendy y figurer et pas Donnarumma.

Le footballeur italien Gianluigi Donnarumma, gardien de but du Paris Saint Germain (PSG), est le rival direct d'Édouard Mendy pour le trophée Yachine. <br />
AP Photo/Christophe Ena
Le footballeur italien Gianluigi Donnarumma, gardien de but du Paris Saint Germain (PSG), est le rival direct d'Édouard Mendy pour le trophée Yachine. 
AP Photo/Christophe Ena


TV5MONDE : Quelle seraient, selon vous, les motivations des votants quant à désigner vainqueur Gianluigi Donnarumma plutôt qu’Edouard Mendy ?

Patrick Juillard : On a décidé, de façon arbitraire, d’accorder une importance plus grande à l’Euro qu’à la Ligue des Champions. On a par la même décidé que les arrêts effectués dans les matchs à élimination directe de l’Euro comptaient davantage que ceux réalisés en Ligue des Champions.

Le championnat d’Europe reste un événement ponctuel, qui, certes, monopolise les attentions car aucune autre compétition ne se déroule en même temps. Mais cela est un peu trop léger pour résumer l’année de football d’un joueur. En ce sens, je trouve qu’il y aurait quelque chose d’un peu injuste envers Edouard Mendy.

TV5MONDE : Nombreuses ont été les voix à s’élever pour s’indigner, à juste titre, de son absence dans la liste des nominés pour le Ballon d’Or. Comment l’expliquer ?

Patrick Juillard : Peut-être qu’une part de géopolitique du football entre en jeu. Comme Edouard Mendy a déjà été désigné meilleur gardien UEFA de l’année, on veut peut-être avantager, sans même se cacher, Donnarumma.

Inconsciemment, les votants attachent sans doute aussi plus d’importances aux victoires nationales qu’à celles en club.
 
Le gardien Édouard Mendy, l'un des favoris pour remporter le Trophée Yachine, avec dans les mains le trophée de la Ligue des Champions, le 29 mai 2021. <br />
AP Photo/Manu Fernandez
Le gardien Édouard Mendy, l'un des favoris pour remporter le Trophée Yachine, avec dans les mains le trophée de la Ligue des Champions, le 29 mai 2021. 
AP Photo/Manu Fernandez
 

Peut-être, en outre, qu’ils n’ont pas voulu trop déséquilibrer la liste des 30 nominés. Après leur victoire en Ligue des Champions, beaucoup de joueurs de Chelsea y figurent. À l’inverse, il n’y a pas énormément d’individualités qui se détachent de manière incontestable de la sélection italienne vainqueure de l’Euro, qui est avant tout un gros collectif.

Je considère que la saison en club de Mendy a été supérieure à celle de Donnaruma. J’aurais choisi de récompenser la régularité au très très haut niveau en club.

Patrick Juillard, journaliste sportif

TV5MONDE : Pourrait-on parler d'incongruité si le Trophée Yachine lui échappait cette année ?

Patrick Juillard : A titre personnel, si j’avais eu l’occasion de voter, j’aurais placé Edouard Mendy en numéro un. Je n’ai rien contre Donnaruma qui pour moi, est un grand gardien. D’autant que ce qu’il a réalisé avec l’Italie est exceptionnel. Mais il n’avait jusqu’alors jamais joué en Ligue des Champions avant d’arriver à Paris cet été.

Je considère que la saison en club de Mendy a été supérieure à celle de Donnaruma. J’aurais choisi de récompenser la régularité au très très haut niveau en club. Chelsea dégage une telle force qu’on en oublie presque que c’est aussi les prestations de son gardien qui font cette solidité. Et c’est très dommage. En fait, je crois qu’Edouard Mendy est un peu sous-estimé. De la même manière, il est le seul gardien à ne pas apparaître avec le maillot de sa sélection nationale sur la photo du trophée The Best, pour lequel il est nominé.

Il y a eu du lobbying autour de lui. Il l’a d’ailleurs pris avec un certain détachement et avec fair-play. Cela prouve que son attitude en elle-même est plutôt sportive et en conformité avec les critères du Ballon d’Or finalement. C’est paradoxal.