Afrique

France : une nécropole de tirailleurs sénégalais menacée par les flammes en Gironde

La Nécropole nationale de La Teste de Buch est entourée par une forêt de pins.
La Nécropole nationale de La Teste de Buch est entourée par une forêt de pins.
Ministère des armées.

La nécropole nationale de La Teste-de-Buch, où reposent les corps de 956 tirailleurs sénégalais, se trouve au coeur de la forêt de la dune du Pilat emportée par les flammes. Plus de 19 000 hectares  sont partis en fumée dans le gigantesque incendie touchant la Gironde.

"C'est un désastre patrimonial et historique." Le conseiller régional de Nouvelle Aquitaine Karfa Diallo ne cache pas son émotion. La nécropole nationale de la commune de La Teste-de-Buch est cernée par les flammes, tout près de la dune du Pilat et de la forêt de pins ravagée par les flammes.

Dans quel état allons nous retrouver ce lieu de mémoire, la nécropole nationale de La Teste-de-Buch  où reposent les corps de 956 tirailleurs sénégalais  ?Karfa Diallo, conseiller régional écologiste de Nouvelle Aquitaine.

"Les pompiers avaient installé leur PC de lutte contre les incendies à côté de la nécropole. Ils ont évacué la zone face aux progrès des flammes. J'espère me rendre sur place jeudi si la situation est stabilisée. La nécrople se trouve en pleine forêt sur le chemin 214, le chemin des Sénégalais. Dans quel état allons nous retrouver ce lieu de mémoire ?", s'inquiète le conseiller régional.


Des cinq campings proches la Dune du Pilat (Gironde) dans la même commune de La Teste-de-Buch, évacués il y a presque une semaine, il ne reste plus rien. Ils ont été ravagés par les flammes lundi 18 juillet. La nécropole nationale se trouve en pleine forêt à seulement 1,5 kilomètre du camping de la fôret du Pilat, parti en fumée. La nécropole nationale a été fermée par la préfecture. De l'autre côté de la route, les animaux du zoo ont été évacués.

956 tirailleurs sénégalais sont morts entre avril 1916 et août 1917 dans le camp du Courneau tout proche, lui aussi situé sur la commune de La Teste-de-Buch. Ils étaient à l'époque "en hivernage" avant d’être envoyés au front.

Ces soldats ont succombé à diverses épidémies comme la grippe espagnole ou la tuberculose, des maladies largement aggravées par les conditions insalubres de leur hébergement. Un mémorial fut tardivement élevé en 1928 pour rendre hommage à leur sacrifice, avant d'être restauré en 1967.

Il accueille les restes des tirailleurs sénégalais, en fait des soldats provenant du Sénégal mais également d'une grande partie de l'Afrique de l'Ouest sous domination coloniale française. L'ossuaire voisine avec des tombes russes et américaines.


La situation n'est pas fixée.Préfecture de la Gironde.

Le conseiller régional a écrit à la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio pour souligner l'importance de ce lieu de mémoire.

"Les sapeurs-pompiers de la Gironde, appuyés par des renforts des départements voisins et nationaux, interviennent depuis mardi 12 juillet sur deux incendies qui ont brûlé à cette heure près de 19 300 hectares de forêt en Gironde. Malgré les importants moyens terrestres et aériens engagés, la situation n’est toujours pas fixée", souligne la préfecture de la Gironde ce 19 juillet à 15h00. Pour l'instant, la préfeccture n'a toujours pas communiqué sur la situation de la nécropole nationale.
 


Un autre lieu de mémoire est-il menacé par la progression des incendies ? "Ma crainte est également de voir les incendies progresser vers la ville de Saint-Vincent de Paul (Gironde) où se trouve un ancien camp de prisonniers de soldats d'Afrique détenus par les nazis", affirme Karfa Diallo. La ville se trouve au-delà de l'estuaire de la Garonne. Aucun ordre d'évacuation de la ville n'a été communiqué.