Afrique

Gabon : retour sur près de trois mois d'absence d'Ali Bongo

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / Commentaire: K.G. Barzegar - Montage : S. Dard et G. Longo

Malade, hospitalisé en Arabie saoudite, puis à Rabat au Maroc, le président du Gabon Ali Bongo n'est toujours pas rentré au pays depuis fin octobre. Une absence qui provoque la colère de l'opposition et un malaise politique depuis près de trois mois.

C'est un exercice traditionnel au Nouvel An. Mais pour Ali Bongo, c'est sa première prise de parole en public depuis des semaines : "il est vrai que j'ai traversé une période difficile comme cela arrive parfois dans la vie. Cette épreuve, je l'ai surmontée grâce à Dieu", a-t-il déclaré lors d'une allocution télévisée le 31 décembre dernier.

Une épreuve survenue fin octobre à Riyad en Arabie saoudite. En visite officielle, le chef de l'Etat gabonais est hospitalisé. La présidence parle de "malaise", de "fatigue sévère". Mais très vite, la rumeur enfle : Ali Bongo aurait eu un AVC.

Au Gabon, on s'interroge sur l'état de santé du président... Faute d'informations précises, le mystère plane et la vie politique s'organise sans lui. Le 14 novembre, la Cour constitutionnelle modifie l'article 13 pour introduire la notion d' "indisponibilité temporaire". Elle autorise ainsi le vice-président "à convoquer et présider un Conseil des ministres". Inacceptable pour l'opposition qui dénonce un coup de force pour palier la vacance du pouvoir.
 
C'est inadmissible, c'est inacceptable. Il n'est pas question de laisser la Cour se mettre à bafouer la Constitution, de la traiter comme si c'était une serpillière.Jean Christophe Owono Nguéma, vice-président du Sénat représentant l'opposition 
Il faudra trois semaines de plus pour avoir une preuve de vie d'Ali Bongo. De Riyad, le président gabonais est transféré à l'hopital militaire de Rabat au Maroc où il est filmé par le Palais Royal aux côtés de Mohammed VI d'abord, puis de trois des plus hauts responsables gabonais accourus à son chevet. A leur retour à Libreville, ils se veulent rassurants. "Le chef de l'Etat est conscient, il reconnaît ses interlocuteurs. Il voit bien. Il parle bien", a déclaré le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet.

Mais Ali Bongo reste au Maroc. La convalescence se prolonge... et l'opposition s'impatiente... 
 
Pendant la vacance provisoire, on fait quoi? Qui fait quoi? Qui gouverne le pays? Qui est le chef? Louis Gaston Mayila, président de l'UPNR
Car si l'état de santé d'Ali Bongo s'est sans doute amélioré, au point de faire une allocution télévisée, aucune date de retour au pays n'est pour l'heure annoncée, ni par la présidence ni par le chef de l'Etat lui-même. Lors de ses voeux, le président s'est contenté de dire : "Aujourd'hui comme vous pouvez le constater je vais mieux et je suis prêt à vous retrouver très vite..."