Guerre en Éthiopie

Des soldats éthiopiens capturés sont alignés pendant le passage d'un convoi de rebelles tigréens qui paradent devant leurs prisonniers dans la capitale du Tigré, Mekele, 22 octobre 2021.

Un an après le début de l'offensive de l'armée éthiopienne contre la province du Tigré en novembre 2020, à l'extrême nord du pays, les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) prennent le dessus sur les forces fédérales dans une guerre marquée par de graves exactions contre les populations civiles. Le pouvoir du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed est menacé par l'avancée des rebelles vers la capitale Addis Abeba.

4 : 17
Après plus de trois mois d’occupation de la région Afar (nord), les rebelles tigréens du Font de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont laissé...
3 : 37
Depuis deux ans, les combats opposent l'armée nationale aux rebelles du Tigré. L'hôpital de Dubti, le plus grand de la région Afar, raconte avoir...
Des Éthipiopiens de la région d'Amhara, dont le village est contrôlé par les forces rebelles tigréennes, font la queue pour recevoir de la nourriture. Dans un rapport publié ce 16 février, Amnesty International affirme que des combattants ont violé collectivement des dizaines de femmes et mineures. 
L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International affirme que des combattants rebelles du Tigré ont violé...
1 : 39
Depuis quinze mois, le nord de l'Éthiopie est ravagé par la guerre. Les combats entre forces pro-gouvernementales et rebelles du Front de libération...
Des soldats de l'armée fédérale éthiopienne capturés par les rebelles tigréens, en octobre 2021. AP Photo. 
La guerre s'étend à nouveau en Éthiopie. Après un recul le mois dernier, les rebelles tigréens ont annoncé avoir repris les...
Depuis novembre 2020, l'armée fédérale s'oppose aux rebelles dans la région du Tigré en Éthiopie. AP/Ben Curtis.
En Éthiopie, le conflit au Tigré s’enfonce dans une nouvelle phase ambivalente. D’un côté, des appels au cessez-le-feu, des...
1 : 57
A l’occasion des célébrations du Noël orthodoxe, le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé, vendredi 7 janvier, la grâce de plusieurs dirigeants de l’opposition et du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Une décision destinée à favoriser « la réconciliation nationale. » Le lendemain, selon des rebelles tigréens et des ONG, le gouvernement aurait toutefois procédé à une frappe de drone sur un camp de déplacés au Tigré, causant la mort d’au moins 56 civils.
4 : 10
Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé, le jour du Noël orthodoxe, l’amnistie de plusieurs dirigeants de l’opposition et du Front de...
Manifestation pour dénoncer le coup d'État militaire d'octobre, à Khartoum, au Soudan, le jeudi 30 décembre 2021.
Les États-Unis ont annoncé ce jeudi 6 janvier la nomination du diplomate chevronné David Satterfield comme nouvel émissaire pour...
Un tank détruit vu depuis le bord de la route d'Humera au Tigré, le 1er mai 2021.
L'annonce par les rebelles de leur retrait au Tigré a ravivé l'espoir de voir s'ouvrir des négociations de paix en Ethiopie....
1 : 48
Le gouvernement éthiopien d’Abiy Ahmed semble avoir réussi à repousser l'offensive des rebelles tigréens venus du Nord. Le pouvoir éthiopien a fait...
Un combattant du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) à la périphérie de la ville de Hawzen, dans la région du Tigré, dans le nord de l'Éthiopie, le 7 mai 2021.
Les rebelles éthiopiens du Tigré, qui avaient avancé ces derniers mois dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, ont...
1 : 53
Les Tigréens fuient leur pays vers le Soudan voisin et décrivent les exactions de toutes sortes qu'ils ont subies : viols, tortures, disparitions...

Pages