Guerre en Éthiopie

Des soldats éthiopiens capturés sont alignés pendant le passage d'un convoi de rebelles tigréens qui paradent devant leurs prisonniers dans la capitale du Tigré, Mekele, 22 octobre 2021.

Un an après le début de l'offensive de l'armée éthiopienne contre la province du Tigré en novembre 2020, à l'extrême nord du pays, les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) prennent le dessus sur les forces fédérales dans une guerre marquée par de graves exactions contre les populations civiles. Le pouvoir du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed est menacé par l'avancée des rebelles vers la capitale Addis Abeba.

3 : 27
Via un courrier adressé à l'ONU, l'Erythrée a, pour la première fois, reconnu la présence de ses troupes dans la région du Tigré en Ethiopie. Asmara...
De nombreux Tigréens ont fui vers le Soudan voisin depuis le début du conflit en novembre 2020, comme ici, à Hamdayet, le 23 mars 2021. Ils étaient, fin mars, 1,7 millions de déplacés selon les chiffres donnés par le secrétaire général adjoint de l'Organisation pour les Affaires humanitaires de l'ONU. 
Lors d'une session à huis clos, qui s'est tenue jeudi 15 mars au Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire général de...
0 : 58
Après avoir longtemps nié leur présence, le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé le retrait des troupes érythréennes du Tigré. Il est...
1 : 35
Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a admis la présence de troupes érythréennes dans la région du Tigré, en proie à une offensive armée depuis...
2 : 06
La guerre dans la région du Tigré est officiellement terminée depuis fin novembre, mais à Wukro, les violences persistent. Viols, meurtres, pillages,...
2 : 11
Le viol est-il utilisé comme une arme de guerre dans le conflit du Tigré ? Quatre mois après l'attaque de la région par l'armée éthiopienne, les...
1 : 45
Dans le village de Dengolat, au Tigré, 164 civils ont été tués, pour la plupart le 30 novembre dernier, le lendemain d’une grande fête religieuse. Selon l’église locale, des soldats érythréens auraient perpétré le massacre. Des révélations en contradiction avec le discours des autorités éthiopiennes qui ont toujours nié la présence érythréenne. Ce cas serait pourtant loin d’être isolé. Selon Amnesty International, une autre tuerie aurait eu cours au même moment un peu plus au nord de la région.
Deux jeunes Tigréens réfugiés dans l'est du Soudan après avoir fui les violences, le 15 décembre 2020.
Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken demande au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed de permettre une enquête...
1 : 30
Selon un rapport de l'ONG Amnesty International, l’armée érythréenne s'est livrée au massacre de centaines de civils le 28 novembre 2020 à Aksoum,...
1 : 26
Depuis l'automne dans l'ouest de l'Ethiopie, une série d'attaques menées par des hommes armés a fait plusieurs centaines de morts au sein de la...
Mardi 12 janvier, plus de 80 personnes ont été tuées dans la région de Benisghangul-Gumuz en Éthiopie. Alors que le pays est...
2 : 00
Des dizaines de familles somaliennes sont à la recherche de leurs proches, tous de jeunes soldats partis en Érythrée. Elles craignent qu’ils aient...
Le premier ministre d'Éthiopie, Abiy Ahmed, reçoit des membres du Parlement dans son bureau, dans la capitale Addis Abeba, le 30 novembre 2020. <br />
 
Avec la défaite militaire du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), les habitants de la région du Tigré, dans le nord de...

Pages