Afrique

Guinée Conakry : la nouvelle journée ville morte de l'opposition est endeuillée

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

La Guinée vit toujours dans le spectre des élections locales de février 2018. L'opposition a décrété une deuxième journée ville morte ce 16 octobre 2018. L'appel a été lancé pour dénoncer la corruption, à l'heure où les nouveaux conseillers municipaux s'installent. Une intervention musclée des policiers à Ratoma, a dégénéré. Un jeune homme a perdu la vie.

Il s'appelait Ibrahim bah. Il a vécu une vingtaine d'années seulement, avant d'être transporté vers la morgue. Cet étudiant était  simplement allé chercher à manger selon ses amis.

Le jeune homme aurait croisé la trajectoire d'une balle perdue, à l'arrivée de la police. "Les forces de l'ordre ont dispersé les manifestants, ils tiraient partout. Le jeune a traversé et une balle l'a touchée." explique Elhadj Aliou Diallo, un ami du defunt.

Ces image ont été tournées à 300 mètres du lieu de sa mort, sur le même axe Bambeto handalaye. Il s'agit d'un quartier d'oppositoion, des jeunes avaient décidé de protester. Ils protestent contre la corruption dans l'installation des conseils municipaux.

Manifestation réprimée

Ils n'ont pas pu manifester. Le dispositif policier a tout vérouillé et n'a pas fait de détails. Ce moto taxi en témoigne. "Le pic-up de gendarmerie m'a trouvé sur place en train de travailler, ils ont jeté des bombes lacrymogènes. J'étais paniqué, je n'ai pas pu bouger. Ils m'ont fouetté sur le dos." précise le riverain.

Pour l'opposition, il s'agit de pratiques habituelles du pouvoir contre toute contestation. "On a abattu dix jeunes sur l'axe lors des manifestations post-électorales, il n'y a jamais eu d'enquête jusqu'à présent. Depuis 2011, c'est la 94 personnes tuées comme cela à bout portant." s'insurge Celou Dallein, le Président de l'UFDG.

Pour le pouvoir, il s'agit d'une aberration. "C'est des allégations. Le Président l'a toujours dit c'est au peuple de Guinée de prendre la décision au moment opportun." indique Abdoulrahmana Sinkoun Camara, député du PRG.

Une marche de l'opposition reste toujours prévu ce jeudi 18 octobre 2018 , mais le climat s'est encore alourdi