Guinée : la radio FIM FM censurée par le gouvernement fait un appel aux dons

Une importante radio privée guinéenne, interdite d'émettre, lance un appel aux dons pour ses employés qui se retrouvent au chômage. Le gouvernement, en plus du brouillage de leurs émissions, a retiré son agrément à FIM FM, et d'autres radios guinéennes.

Image
Capture d'écran du bandeau de la page Facebook de FIM FM

Capture d'écran du bandeau de la page Facebook de FIM FM.

© FIM FM
Partager2 minutes de lecture

La direction de FIM FM lance pour le mois de juin une campagne de collecte de fonds pour "la centaine d'employés" de cette radio "injustement et illégalement contraints au chômage depuis plus de six mois", dit le communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Le mouvement syndical guinéen apporte son "soutien sans réserve" au Syndicat des professionnels de la presse de Guinée (SPPG) après l'interdiction, il y a une dizaine de jours, par le gouvernement de six médias privés très suivis.

FIM FM, comme d'autres radios, était brouillée depuis des mois et avait continué à opérer en produisant des contenus digitaux jusqu'au retrait de son agrément le 22 mai, en même temps que trois autres radios et deux télévisions.

Les autorités ont justifié cette interdiction par des "dérapages réguliers" et "une violation de la dignité de la personne humaine".

Le Premier ministre nommé par les militaires en février, Amadou Oury Bah, s'est livré à une nouvelle charge contre la presse le 27 mai à l'occasion de sa déclaration de politique générale. 

Revoir Guinée : entretien exclusif Amadou Oury Bah

Il a invoqué "l'environnement fragile" dans lequel se trouve le pays selon lui. Il a dressé un parallèle avec le rôle joué par des "presses ultra-partisanes" dans le génocide rwandais en 1994 et la crise ivoirienne de 2010-2011.

Selon le principal syndicat de la presse guinéenne, l'interdiction des six radios et télévisions a causé la perte de plus de 700 emplois. "Avec cette mise sous cloche de FIM FM, c'est une centaine d'emplois qui sont purement sacrifiés par le fait du prince", a déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux Aboubacar Diallo, directeur général du groupe Fréquence médias, auquel appartient la radio FIM FM.

"C'est le lieu et le moment de reconnaître que la coupe est très amère à avaler pour le personnel de FIM FM qui se retrouve ainsi sur le carreau sans aucun moyen de subsistance", a-t-il ajouté. "C'est la survie, voire la dignité de plusieurs pères et plusieurs mères de familles qui sont en jeu", regrette Aoubacar Diallo.

L'interdiction des six radios et télévisions est la dernière mesure en date prise par la junte au pouvoir depuis 2021 pour museler l'opposition et les voix discordantes.

L'Union européenne a dit "regretter" cette décision et rappelé que "la liberté d'expression et le pluralisme médiatique sont des principes fondamentaux de tout État de droit", via un message sur X de Nabila Massrali, porte-parole de la commission européenne à Bruxelles.

Tweet URL


Pour le mouvement syndical guinéen réuni ce 31 mai, cette mesure "porte un coup dur au droit des citoyens de s'exprimer et d'être informés, ce qui est une violation flagrante et inacceptable de la charte de la transition et des engagements internationaux auxquels la République de Guinée a librement souscrit". 

Il "exige du gouvernement la restitution pure et simple des agréments et licences aux différents médias affectés en vue d'éviter à notre pays une nouvelle crise sociale aux conséquences imprévisibles", dans une déclaration transmise à l'AFP.