Afrique

Guinée : le ramadan une vraie période de solidarité ?

Chargement du lecteur...
(c) TV5MONDE

Quand le Ramadan rime avec solidarité pour les mendiants.
Pendant ce mois de jeûne, les Musulmans s'acquittent de la Sadaqâ, l'aumône. Cela change-t-il , au moins un peu, le quotidien des plus nécessiteux?

 

dans
Il est 6 heure du matin et comme tous les matins, depuis aussi longtemps qu'il s'en souvienne, Mamadou Bailo Diallo sort pour aller trouver de quoi subsister.
Il commence comme toujours par se rendre sur la corniche nord de Conakry, un axe très fréquenté.  Ici Mamadou est sur de touver des passants qui sauront se montrer généreux.
 
" Tous les jour on sort, il y a des gens qui nous donnent 5 kilos de riz,avec du sucre et consort "
Mamadou Bailo Diallo, mendiant
La mencidité cela fait 20 ans qu'il la pratique chaque jour avec son ami Mamadou Oury Diallo " Nous profitons des embouteillages pour mendier.  Des fois ont gagne 10 milles francs guineens" explique à son tour l'ami.

Mais en période de ramadan, les 2 amis peuvent gagner beaucoup plus.
Dans l'Islam, les musulmans sont censé observer la Sadaqâ, la charité et ce toute l'année. Pendant le ramadan, certains s'en souviennent plus que d'autes.
 
" Pendant ce mois de ramadan c'est vraiment une responsabilité que nous avons nous en tant que musulmans "
Un donateur
Et d'ailleurs à Conakry tout les nécessiteux connaissent l'adresse de Amadou Oury Diallo. Tous les ans cet homme d'affaire richissime ouvre les porte de sa villa. Il sont des centaines chaque jour à venir réupérer,  sucre, riz, lait et un peu d'argen.
 
" Leur venir en aide c'est un reconfort, cela fait du plaisir, à chaque fois que je passe je les vois en bordure de route et je partage avec eux "
Un donateur
La journée pour  les deux amis s'achève bientôt, et la collecte a été plutôt bonne
 
" A nous deux on a eu 150 000 francs guinéens, c'est parce que c'est ramadan, si ce n'est pas ramadan on ne peux pas avoir ca. "
Mamadou Oury Diallo, mendiant
150 000 francs guinéens mais pas question de faire des folies pour le repas du soir  
Mamadou Bailo sait qu'il devra mettre chaque sous gagné de coté pour le périodes moins faste, c'est à dire tout le reste de l'année. Car sans aucune aide publique Mamadou doit subvenir à ses besoins et aux besoins de ses deux femmes et de ses  enfants, avec 1 euro par jour en moyenne.