Kenya : dérives d'une secte après un jeûne mortel

Au milieu de volontaires, en combinaison blanche et masque chirurgical, Titus Katana retourne depuis plusieurs jours la terre ocre de la forêt de Shakahola, dans l'est du Kenya, où plus d'une centaine d'adeptes d'une secte sont morts après avoir jeûné pour "rencontrer Jésus".
Image
Kenya
Des sacs mortuaires avec des victimes d'un culte de Christin sont vus lors de l'exhumation d'une forêt à Shakahola, à la périphérie de la ville de Malindi, sur la côte kenyane, le mardi 25 avril 2023.
(AP Photo)
Partager3 minutes de lecture

Cet homme de 39 ans au visage orné d'une fine barbe connaît bien Paul Mackenzie Nthenge, le "pasteur" au coeur de ce qui est désormais appelé "le massacre de Shakahola". "Nous avions l'habitude d'adorer (Dieu) ensemble", raconte-t-il.

Il a prié, et même prêché, aux côtés de ce chauffeur de taxi qui s'est ensuite proclamé "pasteur" de l'Eglise Internationale de Bonne Nouvelle (Good News International Church) qu'il a créée. "Je ne sais pas ce qui lui a pris", soupire-t-il.

Titus Katana affirme être resté "quelques années" dans le groupe, sans toutefois être en mesure de donner des dates précises.

"Au début, l'Eglise Internationale de Bonne Nouvelle n'était pas faite pour causer du tort, elle avait de bonnes intentions (…). Nous avions l'impression de voir Dieu dans cette Eglise", assure ce travailleur informel originaire de Malindi, ville de la côte kényane à environ 80 kilomètres de Shakahola.

(Re)lire Kenya : l'État peine à contrecarrer l'essor des "pasteurs" et "églises" autoproclamés
 

Il s'en est détourné, parce que "trop de lois ont été introduites demandant aux femmes de ne pas se tresser les cheveux, interdisant d'aller à l'hôpital ou aux enfants de se rendre à l'école...". "Ça allait beaucoup trop loin pour moi. Je n'ai eu d'autre choix que de partir et de trouver une autre Eglise".

(Re)lire Kenya: le président William Ruto dénonce des cultes "terroristes" après la mort de 90 membres d'une secte

Paul Mackenzie Nthenge avait été arrêté en 2017, accusé de radicalisation pour ses prêches prônant de ne pas scolariser les enfants car, affirmait-il, l'éducation n’est pas reconnue dans la Bible. Il avait été libéré sous caution, puis acquitté lors d'un procès en 2021.

Macabre "calendrier"

Au moins 109 personnes, dont une majorité d'enfants, sont morts après avoir suivi les préceptes de Paul Mackenzie Nthenge de jeûner pour "rencontrer Jésus".

Titus Katana se rend tous les jours sur le site des recherches où, depuis une semaine, pas un jour ne passe sans que les enquêteurs ne déterrent des corps.

Un de ses amis lui a raconté que ce jeûne mortel avait été planifié.

"C'est en janvier que Paul Mackenzie a établi le calendrier: les enfants et les personnes célibataires devaient mourir en premier, suivis des mères, puis des pères", détaille Titus Katana: "Paul Mackenzie et sa famille devaient jeûner les derniers".

(Re)lire Kenya : 47 corps de membres présumés d'une secte ont été exhumés

Selon Hussein Khalid, le directeur exécutif de l'ONG Haki Africa qui a alerté la police sur les agissements du "pasteur" Mackenzie, "on leur avait dit que le monde touchait à sa fin en juin".

En date de mercredi, 39 fidèles avaient été retrouvés vivants, errant dans le "bush", certains refusant l'eau et l'assistance offerts par les services de secours. D'autres continuent de fuir les sauveteurs, voulant aller au bout du jeûne.

(Re)voir Kenya : 21 corps exhumés sur les terres d'un pasteur chrétien controversé

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


Sous emprise, de nombreux fidèles ont vendu "leurs propriétés, leurs maisons, leurs entreprises (…) pour attendre la venue Jésus" dans la forêt de Shakahola, raconte-t-il.

"Je me sens mal à propos de ce qu'il s'est passé parce que je connaissais beaucoup de fidèles. Ils sont morts maintenant".