Kenya : un pasteur acquitté dans une affaire de "bébés miraculeux"

Un pasteur autoproclamé kényan, soupçonné d'avoir volé des enfants présentés comme des "bébés miraculeux", produits de ses prières, a été acquitté ce 17 juillet par un tribunal de Nairobi en raison d'une insuffisance de preuves.

Image
Le pasteur Gilbert Deya

Le pasteur Gilbert Deya. Capture d'écran Facebook

Partager2 minutes de lecture

Une histoire invraisemblable si la vie de bébés n'était pas en jeu. Le révérend et télé-évangéliste Deya, un ancien tailleur de pierre de 86 ans, promettait à des femmes ne parvenant pas à avoir d'enfants de devenir mères. Il est accusé par la justice kényane d'avoir volé au moins cinq enfants entre 1999 et 2004.

Mais il a finalement été acquitté ce 17 juillet par Robison Ondieki, magistrat dans un tribunal de Nairobi, qui a jugé que l'accusation n'avait pas produit suffisamment d'éléments.

"Les accusations ont été fabriquées de toutes pièces et ne pouvaient pas être portées devant un tribunal", a déclaré à l'AFP l'avocat du révérend, John Swaka, assurant que son client était "très heureux".

Des prières miraculeuses

Gilbert Deya, qui possède plusieurs églises, notamment à Londres, Liverpool et Nottingham, avait été extradé de Grande-Bretagne vers le Kenya en 2017 après une bataille juridique qui a duré près de 10 ans.

Le révérend et son épouse Mary assuraient que des femmes stériles ou ménopausées pouvaient tomber enceintes en quatre mois, sans rapports sexuels, grâce à leurs prières. Les femmes devaient aller au Kenya et ces enfants naissaient toujours dans d'obscures cliniques de la capitale Nairobi.
 
Selon l'accusation, les bébés étaient volés, pour la majorité, à la maternité de l'hôpital Pumwani de Nairobi, une banlieue pauvre de la capitale.
 
Gilbert Deya a déménagé en Écosse et a été arrêté à Edimbourg en 2006 sous un mandat d'arrêt international délivré par le Kenya.
 

Des ADNs qui ne correspondent pas

La télévision britannique BBC a fait une enquête en 2014 sur les activités du révérend et lui avait demandé comment il expliquait que les enfants nés de ces femmes avaient un ADN différent de leurs parents. Le révérent Deya, à l'époque 65 ans, avait répondu que "les bébés miraculeux qui naissent grâce à notre ministère sont au delà de la compréhension humaine. Je ne suis pas en mesure de l'expliquer car ils sont des œuvres de Dieu et Dieu ne peut pas être expliqué par un être humain."
 
Toujours selon la BBC, sa femme Mary a été condamné à deux ans de prison au Kenya pour avoir volé un enfant. Ella a été condamnée une nouvelle fois à 3 ans de prison en 2011 toujours pour avoir volé un enfant.
 

Des milliers "d'églises"

Pays d'Afrique de l'Est majoritairement chrétien, le Kenya abrite environ "4.000 églises", selon des chiffres officiels, y compris celles dirigées par des pasteurs autoproclamés sans formation théologique.

La découverte en avril 2023 de corps de fidèles liés à une secte qui pratiquait la famine pour "rencontrer Jésus-Christ" a suscité des interrogations sur la nécessité d'une plus grande réglementation des églises.

Près de 400 corps ont été retrouvés jusqu'à présent dans la forêt de Shakahola, sur la côte kényane. Le chef de la secte et pasteur autoproclamé Paul Nthenge Mackenzie, ancien chauffeur de taxi de 50 ans, est poursuivi pour terrorisme.