Afrique

L'Algérie double son budget militaire dans un contexte de tensions avec le Maroc

Images du défilé de l'armée algérienne pour les 60 ans de l'indépendance du pays le 5 juillet 2022.<br />
 
Images du défilé de l'armée algérienne pour les 60 ans de l'indépendance du pays le 5 juillet 2022.
 
AP Photo/Toufik Doudou

Le gouvernement algérien vient d'annoncer une hausse sans précédent de son budget militaire. Pour l'année 2023, il sera de 22,7 milliards de dollars. Ce montant vient d'être inscrit dans la loi de finance 2023. Ce budget devra être voté par le parlement algérien fin novembre.

Depuis 2004, le budget militaire algérien tournait en moyenne autour de 10 milliards de dollars annuels. Le gouvernement algérien et le président Tebboune ont donc décidé de doubler le budget des armées sur un seul exercice budgétaire. L'Algérie figurait déja dans les 30 premiers budgets militaires au monde.

Un budget passant de 10 milliards de dollars à 22,7 milliards de dollars


Ce nouveau budget militaire de plus de 22 milliards de dollars s'incrit dans un contexte de tensions entre l'Algérie et le Maroc. Alger et Rabat se disputent sur la question sarahouie. Le Maroc revendique sa souveraineté sur le Sahara occidental. Alger soutient le Front Polisario, mouvement politique et armé sahraoui opposé à la présence marocaine au Sahara occidental.

Une hausse du budget militaire financé par la montée des prix des hydrocarbures


Dans ce contexte,  Le Maroc s'est ainsi doté d'un budget pour 2022 axé sur des mesures de relance économique et marqué par des dépenses militaires en forte hausse Pour la première fois de l'histoire du Royaume, le budget des forces armées dépasse la barre des 50 milliards de dihrams, soit plus de 4,3  milliards de dollars. Le Maroc s'est fourni en drones et missiles auprès de la Turquie et de la Chine. Tel Aviv est également devenu un fournisseur d'armes du Maroc. Les militaires algériens semblent être préoccupés par le saut technologique que vient de prendre l'armée marocaine.

Lire : Sahara occidental : l'Algérie et le Maroc engagés dans une course à l'armement

Alger n'a pas également digéré l'accord entre Tel Aviv et Rabat du 24 novembre 2021 sur les questions sécuritaires. Le quotidien algérien L’Expression proche du pouvoir titrait : "Le Mossad à nos frontières". Il résume l’humeur dominante à Alger.
Rabat doit acheter un système israélien, le Skylock Dome, de la société Skylock Systems, conçu pour détecter et neutraliser les drones.

Cet augmentation du budget militaire est en partie financée par la hausse du prix des hydrocarbures. Le prix du baril est passé de 23 dollars en 2020 à 94 dollars aujourd'hui. Plus de 60% du budget de l'Etat algérien dépend des ressources d'exportation du gaz et du pétrole.