La Cour de justice de la Cédéao ordonne la remise en liberté "immédiate" de Mohamed Bazoum

La Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) vient d'ordonner ce 14 décembre la remise en liberté "immédiate" de Mohamed Bazoum. L'ancien président nigérien est séquestré depuis le coup d’État qui l'a renversé le 26 juillet.

Image
NIGER BAZOUM

Mohamed Bazoun, président du Niger, dans le palais présidentiel de Niamey le 16 mars 2023. Il a été renversé par un coup d'État militaire le 26 juillet 2023.

Boureima Hama/ AP/ Archives.
Partager1 minute de lecture

La Cour "ordonne au défendeur (le pouvoir militaire en place à Niamey, Ndlr) la mise en liberté immédiate et sans condition de tous les requérants" a affirmé le juge, qui a délibéré à Abuja.

C'est Mohamed Bazoum qui représente l’État du Niger. Il demeure président de la République.

Cour de justice de la Cédéao.

"Le défendeur a violé leur droit à ne pas être détenus arbitrairement", a-t-il déclaré. La Cour a également demandé que Mohamed Bazoum soit réinstallé dans ses fonctions.

"C'est Mohamed Bazoum qui représente l’État du Niger", il "demeure président de la République", a assuré le juge. "Il y a des droits constitutionnels qui ont été violés", ainsi que "des droits politiques", a-t-il indiqué.

Mohamed Bazoum est séquestré dans sa résidence présidentielle avec sa femme Haziza et leur fils Salem, depuis qu'il a été renversé par un coup d’État le 26 juillet.

Mi-septembre, le président déchu avait saisi la Cour de justice de la Cédéao pour obtenir sa libération et le rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays.

La requête déposée par ses avocats invoquait "l'arrestation arbitraire" et "la violation de la liberté d'aller et venir" du  président Bazoum, de sa femme et de leur fils.

(Re)lire Niger : la Cédéao maintient les sanctions et réclame la libération de Mohamed Bazoum