L'ambassadeur d'Algérie en France "bientôt de retour" selon le président Tebboune

L'ambassadeur d'Algérie en France, rappelé début février à la suite d'une brouille entre les deux pays au sujet d'une militante franco-algérienne, sera "bientôt de retour" à Paris. C'est ce qu'a annoncé le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, dans un entretien télévisé. Le président Algérien a affirmé également que les relations entre le Maroc et l'Algérie étaient "parvenues à un point mort".
Image
TEBBOUNE 4
Images de Abdelmadjid Tebboune le 13 décembre 2019 durant une conférence de presse.
 
AP Photo/Fateh Guidoum
Partager3 minutes de lecture

Malgré une interdiction de sortie du territoire en Algérie, la militante Amira Bouraoui était entrée en Tunisie le 3 février, avant d'être interpellée alors qu'elle tentait d'embarquer en direction de Paris.

Notre relation avec la France est fluctuante.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

Elle avait finalement pu s'envoler vers la France le 6 février malgré une tentative des autorités tunisiennes de l'expulser vers l'Algérie.

Alger a jugé que son départ pour la France constituait une "exfiltration illégale" menée à l'aide des personnels diplomatiques et sécuritaires français, et rappelé son ambassadeur à Paris, Saïd Moussi, pour consultations.

Lire : Pourquoi Paris n'arrive pas à normaliser ses relations avec Rabat et Alger ?

"Notre relation avec la France est fluctuante", souligne Abdelmadjid Tebboune en référence à cette brouille, lors d'un entretien mardi soir à la chaîne panarabe Al-Jazeera.

"L'ambassadeur algérien sera bientôt de retour à Paris", a-t-il ajouté, selon un compte rendu de l'interview publiée par l'agence officielle APS.

Mme Bouraoui s'est fait connaître en 2014 par son engagement contre un quatrième mandat du président d'alors, Abdelaziz Bouteflika, avant de s'engager dans le mouvement de protestation "Hirak".

Elle a été condamnée en juin 2020 à un an de prison avant de bénéficier d'une remise en liberté provisoire en juillet de la même année.

 "Un point de non-retour" avec le Maroc


Lors de la même interview, Abdelmadjid  Tebboune a "regretté que les relations algéro-marocaines en soient arrivées à ce stade entre deux pays voisins".

Estimant que ces relations étaient arrivées à "un point de non-retour", il a affirmé que la position algérienne était une "réaction" par rapport à des agissements reprochés au Maroc.

L'Algérie a en rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison de profonds désaccords, notamment sur le dossier du Sahara occidental, et du rapprochement entre Rabat et Israël.

Voir : Algérie- France, Amira Bouraoui estime que "cette affaire prend des proportions ridicules"
 
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
La question du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario, soutenus par Alger.

Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez en Espagne a décidé, en mars 2022, de soutenir le plan d'autonomie marocain pour le Sahara occidental.

En réaction à cette volte-face dans la position traditionnellement neutre de Madrid, les autorités algériennes ont suspendu début juin 2022 un traité de coopération avec l'Espagne.

Abdelmadjid Tebboune a affirmé dans l'interview considérer "la position de l'Espagne vis-à-vis du Sahara occidental comme une position individuelle du gouvernement Sanchez".

Les échanges commerciaux entre l'Algérie et l'Espagne "se poursuivent et leur majorité s'effectue par le secteur privé dans les deux pays", a par ailleurs indiqué 
Abdelmadjid Tebboune. Mais de nombreuses entreprises espagnoles sont touchées de plein fouet par la suspension du traité d'amitié.

Lors d'une visite la semaine dernière à Alger, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, avait estimé qu'il faudrait trouver une solution "aux entraves" liées à la suspension de ce traité.

Par ailleurs, le président Tebboune a jugé lors de cette interview que la Tunisie,  en proie à des graves crises politique et financière, était "confrontée à un complot", ajoutant que "l'Algérie était à ses côtés, n'en déplaise à certains".