L'armée française confirme le départ de ses premiers militaires du Niger

L'état-major français a confirmé à l'AFP les premiers départs de militaires et d'équipements français du Niger "conformément à la planification, à la coordination en cours".

Image
Soldats français Niger

Des soldats français sur la base de Niamey le 9 juin 2021.

AP/Archives
Partager1 minute de lecture

Environ 1.400 soldats et aviateurs français était jusqu'ici déployés au Niger, à Niamey et sur deux bases avancées dans le nord-ouest, à Ouallam et Tabarey-Barey, dans le cadre de la lutte antidjihadiste aux côtés des Nigériens.

Leur retrait avait été exigé par les généraux nigériens rapidement après leur arrivée au pouvoir fin juillet, et le président français Emmanuel Macron avait annoncé leur départ fin septembre.

Les premiers départ ont eu lieu.L'état major français à l'AFP

"Les premiers départs ont lieu", a-t-on appris auprès des armées françaises, confirmant l'annonce faite la veille par le régime militaire nigérien, qui évoquait également une escorte de l'armée nigérienne.

Le communiqué du régime lu à la télévision nationale, Télé Sahel, ne précisait pas la destination de ce convoi terrestre.

Un avion avec du matériel français et un premier groupe de militaires prioritaires (évacuations sanitaires, notamment) s'est par ailleurs envolé lundi 9 octobre dans la journée selon une source militaire.

Peu de voies sont utilisables pour quitter le Niger. Les frontières terrestres sont fermées avec le Bénin et le Nigeria. Et les Nigériens interdisent le survol de leur territoire par des avions français, civils et militaires, sauf autorisation dérogatoire.

Les autres frontières ont été rouvertes avec cinq pays, l'Algérie, la Libye, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad, où se trouve le commandement des Forces françaises au Sahel, basé à N'Djamena.