Afrique

Le Bénin cible d'une vingtaine d'attaques de groupes terroristes

Le président du Bénin Patrice Talon, 5 mars 2018, Paris.
Le président du Bénin Patrice Talon, 5 mars 2018, Paris.
(Etienne Laurent, Pool via AP)

Le Bénin, menacé comme ses voisins d'Afrique de l'Ouest par la propagation des violences jihadistes du Sahel vers les Etats côtiers, a connu "près d'une vingtaine d'attaques de groupes armés" depuis fin 2021, a indiqué jeudi le gouvernement.

C'est la première fois que le gouvernement béninois donne un bilan global de ces attaques qui ont officiellement commencé fin 2021, même s'il n'utilise à aucun moment le terme djihadiste dans ce texte publié jeudi sur son site internet.

Il n’est plus de doute, le Bénin est en guerre contre le terrorisme

Mariam Chabi Talata, vice-présidente du Bénin

"Déjà, près d’une vingtaine d’attaques des groupes armés contre le Bénin et l’armée enterre une dizaine de ses soldats", est-il écrit dans ce compte-rendu publié après une cérémonie organisée à Cotonou en hommage à cinq soldats tués en avril au cours de l'une de ces attaques. 

(Re)lire : Bénin : le péril djihadiste sème la peur dans le nord

"Il n’est plus de doute, le Bénin est en guerre contre le terrorisme", a déclaré au cours de cette cérémonie la vice-présidente du Bénin Mariam Chabi Talata, citée dans ce compte-rendu.

La première attaque meurtrière connue dans le nord du Bénin remonte à décembre 2021, où deux soldats avaient été tués dans une localité proche de la frontière avec le Burkina Faso, où sévissent des groupes djihadistes. 

Le gouvernement avait alors annoncé renforcer son déploiement militaire dans le nord du pays pour sécuriser ses frontières. 

Le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont aux prises avec des insurrections djihadistes et les Etats voisins comme le Bénin, le Ghana, le Togo et la Côte d'Ivoire s'inquiètent de débordements sur leur territoire.

(Re)lire : Afrique de l'Ouest : comment freiner l'expansion des djihadistes vers les pays du Golfe de Guinée

Une récente série de raids frontaliers dans ces pays situés au sud du Sahel a confirmé les craintes que des groupes djihadistes de la région cherchent à progresser vers la côte.

Début mai, une attaque a été perpétrée dans le nord du Togo, au cours de laquelle huit soldats sont morts et 15 assaillants ont été tués, selon le gouvernement togolais. Il s'agit de la première attaque "terroriste" meurtrière au Togo, indiquait alors Lomé.