Le Burkina expulse l'attaché militaire français accusé "d'activités subversives"

Le Burkina Faso a décidé d'expulser l'attaché militaire de l'ambassade de France à Ouagadougou, accusé "d'activités subversives", lui donnant deux semaines pour quitter le pays, selon un courrier officiel consulté vendredi par l'AFP.

Image
Burkina Faso : une contestation qui s'intensifie

Les relations entre la France et le Burkina Faso se sont dégradées depuis l’arrivée au pouvoir par un coup d’Etat militaire en septembre 2022 du capitaine Ibrahim Traoré.

TV5MONDE
Partager1 minute de lecture

"Le gouvernement du Burkina Faso a décidé (...) de retirer l'agrément de M. Emmanuel Pasquier, attaché de défense près l'ambassade de France au Burkina Faso pour activités subversives", a écrit le ministère burkinabé des Affaires étrangères dans un courrier adressé jeudi à Paris, lui donnant, ainsi qu'à son équipe, "un délai de deux semaines pour quitter le territoire burkinabè".

"L’accuation d’activités subversives est évidemment fantaisiste Ministère français des Affaires étrangères

La lettre ne donne aucune explication concernant les "activités subversives" reprochées à l'attaché de défense. Le gouvernement burkinabè issu d'un coup d'Etat, a par ailleurs décidé la fermeture de la mission militaire burkinabè à Paris, indique ce courrier

"L’accusation d’activités subversives est évidemment fantaisiste", a réagi à Paris un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. 

 (Re)voir → Burkina Faso : montée du sentiment anti-Français

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Les relations entre la France et le Burkina n'ont cessé de se dégrader depuis l’arrivée au pouvoir par un coup d’Etat militaire en septembre 2022, le deuxième en huit mois, du capitaine Ibrahim Traoré.

En mars, le Burkina Faso avait dénoncé un accord militaire de 1961 avec la France, quelques semaines après avoir exigé et obtenu le retrait de la force française "Sabre" de ce pays en proie à des violences djihadistes.

(Re)voir → Troupes françaises au Burkina Faso : "La coopération militaire était déjà au point mort"

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le gouvernement avait également demandé le départ définitif de tous les personnels militaires français en service dans les administrations militaires burkinabè. L'ambassadeur de France à Ouagadougou avait lui été rappelé après le coup d'Etat de septembre 2022 et n'a pas été remplacé depuis.

Depuis 2015, dans la foulée de ses voisins du Mali et du Niger également dirigé par des militaires, le Burkina est pris dans une spirale de violences perpétrées par des groupes jihadistes affiliés à l'Etat islamique et à Al-Qaïda. 

Elles ont fait plus de 17 000 morts civils et militaires depuis 2015, dont plus de 6 000 depuis le début de l'année 2023, selon l'ONG Acled.