Afrique

Le groupe jihadiste GSIM revendique les attaques de Ouagadougou

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

Le Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué les attaques de vendredi à Ouagadougou, affirmant avoir agi en représailles à une opération française au Mali, dans un message parvenu samedi à l'agence privée mauritanienne "Al Akhbar". Selon le gouvernement burkinabè, les responsables de l'attaque étaient infiltrés dans l'armée.

dans

Le groupe jihadiste a mené ces attaques contre l'état-major des forces armées du Burkina Faso et l'ambassade de France à Ouagadougou, qui ont fait 7 morts parmi les militaires, "en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l'armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines".

Après des hôtels et des restaurants, les cibles visées lors de cette double attaque à Ougadougou sont des symboles forts : l'ambassade de France et l'état-major des armées.

Les deux objectifs visés, l'ambassade de France et l'état major des armées sont symboliques : c'est une évolution par rapport aux attaques précédentes, où l'on visait une population occidentale. Là, les cibles sont très spécifiques.
Marc Foucaud - ancien commandant de l'opération Serval 

    > Lire notre article sur le déroulement des attaques 

Premières arrestations

Dimanche 4 mars, un jihadiste présumé soupçonné d'avoir joué un role clé était toujours entendu par la justice du Burkina Faso qui soupçonne des complicités dans l'armée.
L'homme dont la nationalité n'a pas été révélée a été arrêté vendredi dans les heures qui ont suivi les attaques coordonnées.
Cet homme est soupçonné d'avoir participé à l'attaque de l'état-major général de l'armée, en plein centre de Ouagadougou et pourrait même être "un cerveau" de l'opération.

D'autres assaillants "jihadistes ont peut-être pu s'enfuir" après l'attaque de l'état-major, situé dans le quartier très fréquenté du grand marché de Ouagadougou
Les autorités ont de "très forts soupçons" qu'il y ait "des infiltrés dans l'armée" qui ont renseigné les jihadistes pour l'attaque de l'état-major.
                  

Ils avaient une connaissance des habitudes et pratiques courantes au sein de l'état-major, ce qui explique la facilité avec laquelle ils ont accédé au sein de l'état-major par son accès de service, situé au dos de l'entrée principale.
Source gouvernementale citée par l'AFP

Les enquêteurs se demandent si l'attaque contre l'ambassade de France n'était pas une "diversion" avant l'attaque contre l'état-major. 
Située dans la zone des ambassades, l'ambassade de France est très bien protégée. La tentative s'est d'ailleurs soldée par la mort des quatre jihadistes qui n'ont pas pu pénétrer dans l'enceinte diplomatique, a aussi expliqué la source gouvernementale.
Toutefois, dans sa revendication, le GSIM a dit avoir agi "en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l'armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines"

Tentative d'attaque contre le palais présidentiel

Dans la nuit, une voiture avec trois hommes à bord a tenté sans succès de forcer un barrage dans la zone de la présidence du Burkina Faso, en périphérie de Ouagadougou, selon une deuxième source gouvernementale. 
Deux hommes ont réussi à s'enfuir, le troisième a été arrêté par des membres de la sécurité présidentielle qui tenaient le barrage, à environ 1,5 kilomètre du palais présidentiel. L'homme arrêté a été abattu deux heures plus tard après avoir tenté de s'emparer de l'arme d'un de ses gardiens. Les forces de l'ordre ratissaient la zone dimanche.
Cet incident est apparemment sans lien avec l'attaque jihadiste, selon une source sécuritaire, car les hommes n'avaient pas d'armes. 

Autre incident dimanche matin, des soldats ont effectué des tirs de sommation contre des passants qui voulaient franchir une barrière dans la zone de l'état-major, toujours totalement bouclée.
                  

Qu'est ce que le GSIM?

Le GSIM est une organisation jihadiste regroupant depuis tout juste un an plusieurs entités du Sahel liées à Al-Qaïda. Le nouveau groupe est dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, chef Ansar Dine. 

Voir les explications de Anthony Fouchard, journaliste :

Chargement du lecteur...