Afrique

Le président Kaboré favori de l'élection au Burkina frappé par les jihadistes

Un partisan d'Eddie Komboigo, candidat du parti de l'ancien président Blaise Compaoré, le 19 novembre à Ouagadougou
Un partisan d'Eddie Komboigo, candidat du parti de l'ancien président Blaise Compaoré, le 19 novembre à Ouagadougou
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT
Carte du Burkina Faso
Carte du Burkina Faso
afp.com -
Zéphirin Diabré, chef de l'opposition et candidat à la présidentielle au Burkina Faso, le 15 novembre 2020 à Ouagadougou
Zéphirin Diabré, chef de l'opposition et candidat à la présidentielle au Burkina Faso, le 15 novembre 2020 à Ouagadougou
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré en meeting à Dori le 10 novembre 2020
Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré en meeting à Dori le 10 novembre 2020
afp.com - OLYMPIA DE MAISMONT

Pays parmi les plus pauvres au monde, le Burkina Faso, aspiré dans une spirale d'attaques jihadistes incessantes, vote dimanche à une présidentielle sous haute surveillance à laquelle le sortant, Roch Marc Christian Kaboré, part favori.

Les 6,5 millions de Burkinabè appelés à voter ont le choix entre le président Kaboré, qui vise une victoire au premier tour comme en 2015, et douze autres candidats d'opposition.

Deux sortent du lot: Zéphirin Diabré, chef de file historique de l'opposition, et Eddie Komboïgo, candidat du parti de l'ancien président Blaise Compaoré, dont le régime fait l'objet d'une nostalgie croissante.

"La sécurité est le principal enjeu de ces élections", dit Mahamoudou Savadogo, chercheur spécialiste de la question.

D'immenses pans du territoire échappent au contrôle de l'Etat et les attaques jihadistes y sont quasi quotidiennes.

En deux ans, le nombre de déplacés par ces attaques a augmenté de façon exponentielle jusqu'à atteindre le million, soit 5% de la population alors que les violences ont fait au minimum 1.200 morts depuis 2015.

Le double scrutin, présidentiel et législatif, ne pourra pas se tenir sur au moins un cinquième du territoire. L'inscription sur les listes électorales n'a pas pu se faire dans près de 1.500 villages sur plus de 8.000, ni dans 22 communes sur plus de 300.

Et la crainte d'attaques jihadistes le jour du vote est dans tous les esprits. Des troupes dont le nombre n'a pas été révélé ont été déployées dans tout le pays.

- 14 soldats tués pendant la campagne -

En pleine campagne, début novembre, 14 soldats ont été tués dans une embuscade revendiquée par l'organisation Etat islamique (EI) dans le Nord, l'un des plus lourds bilans pour l'armée depuis 2015.

Quelques jours plus tard, sans qu'un lien puisse clairement être établi, la propagande de l'EI publiait une photo de deux jihadistes égorgeant un homme habillé d'un uniforme de l'armée. L'armée a démenti une nouvelle attaque.

Le Burkina semble aspiré par ces violences et la présidence Kaboré n'a pas réussi à enrayer cette spirale depuis les premières attaques.

"Le diagnostic a été mauvais et la réponse n'a pas été adéquate ni adaptée", estime l'expert Sawadogo.

Au Burkina Faso, comme aux Mali et Niger voisins, les violences jihadistes ont aussi dégénéré en affrontement intercommunautaires. L'amalgame entre les populations peules et le jihadisme est répandu.

Des ONG ont dénoncé des massacres de civils peuls par des milices pro-gouvernementales ou l'armée et les exactions d'une communauté entraînent des représailles de l'autre.

Le choix du tout-sécuritaire a été fait, mais l'armée burkinabè, mal équipée et mal entraînée, va de pertes en pertes, malgré quelques succès revendiqués.

- Volontaires ou milices du pouvoir? -

La question d'un possible dialogue avec les groupes jihadistes, très présente au Mali, a fait débat durant la campagne, M. Kaboré étant contre, ses challengers se prononçant à la quasi unanimité pour.

"L'action militaire toute seule n'a jamais pu vaincre le terrorisme dans aucune partie du monde. A côté de l'action militaire, il faut qu'il y ait d'autres actions", estime M. Diabré.

Une des solutions proposées par M. Kaboré a été la création début 2020 de milices villageoises encadrées par l'Etat, les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Leur rôle dans la sécurisation du scrutin de dimanche reste flou: le parti présidentiel "pourrait être accusé d'utiliser ses +troupes+" pour encourager à voter Kaboré, dit une source diplomatique occidentale à Ouagadougou.

"Nous serons là pour appuyer l'armée et protéger les bureaux de vote", affirme un cadre VDP dans le centre du pays, assurant être "neutre".

L'opposition n'est "pas parvenue à faire bloc derrière un seul candidat", souligne le professeur de sciences politiques Drissa Traoré.

Le camp Kaboré vise donc une victoire dès le premier pour éviter un second tour contre un candidat soutenu par l'ensemble de l'opposition.

Bon gré mal gré, Roch Marc Christian Kaboré et ses lieutenants, tout d'orange (la couleur du MPP) vêtus, n'ont cessé de promettre le retour de la paix.

"Une fois que l'élection sera passée, nous allons nous occuper des choses sérieuses", a déclaré le président-candidat en meeting.

Largement taxé par ses détracteurs d'immobilisme face au pourrissement de la crise, Kaboré "ne peut pas faire autrement que de promettre de l'espoir", estime Rinaldo Depagne, de l'International Crisis Group (ICG).