Le Russe Lavrov au Tchad, dernière étape d'une tournée africaine aux accents anti-occidentaux

Image
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov arrive à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024 au Tchad

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov arrive à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024 au Tchad

AFP
Partager4 minutes de lecture

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a conclu mercredi au Tchad une mini-tournée en Afrique de l'Ouest et centrale parsemée de propos aux accents anti-occidentaux.

Parallèlement, il a offert aux quatre pays visités au pas de charge en trois jours (Guinée, Congo, Burkina Faso et Tchad) de renforcer leur "coopération" avec la Russie, sur les plans économique et commercial mais aussi militaire, pour y "détruire" "les poches de terrorisme" jihadiste au Sahel.

La Russie mène depuis plusieurs années une offensive diplomatique en Afrique pour tenter d'y supplanter les puissances occidentales. Isolée sur la scène internationale et en quête d'alliés, elle y a décuplé ses efforts depuis son assaut contre l'Ukraine en février 2022.

Puzzle

A N'Djamena, M. Lavrov a estimé devant la presse qu'en Ukraine, "ce n'est pas la paix que les Occidentaux veulent préserver" mais "les principes suivants: vous devez choisir entre soutenir la Russie ou soutenir" l'Ukraine, "et si vous soutenez la Russie, vous serez punis. C'est ça la vision occidentale".

Le Tchad est l'une des dernières pièces manquantes au puzzle que Moscou essaie de construire dans le Sahel, ex-sphère d'influence de la France mais dont l'armée s'est fait expulser au profit de la Russie dans trois pays.

Des partisans agitent des drapeaux tchadiens et russes avant l'arrivée du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024

Des partisans agitent des drapeaux tchadiens et russes avant l'arrivée du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024

AFP

Paris entretient encore au Tchad un millier de soldats et a récemment réaffirmé son intention d'y maintenir une présence militaire, mais "redimensionnée" à la baisse.

M. Lavrov a rencontré à N'Djamena le président et général Mahamat Idriss Déby Itno, élu le 6 mai dans un scrutin très contesté par l'opposition et des ONG internationales, trois ans après avoir pris le pouvoir à la tête d'une junte militaire.

En janvier, une visite très médiatisée de M. Deby à Moscou -- et une complicité apparente affichée avec le président Vladimir Poutine -- avait fait s'interroger sur les velléités du Tchadien de diversifier ses appuis internationaux.

Et ce au moment où les capitales occidentales, sauf Paris qui lui a toujours affiché un soutien sans faille, s'inquiétaient de sa volonté de se maintenir par les urnes à la tête d'un pouvoir qui réprime très violemment toute opposition.

Mercenaires

Les troupes françaises, piliers jusqu'alors de la guerre contre les groupes jihadistes au Sahel, ont été chassées par les régimes militaires installés au Mali en 2022 et au Burkina Faso et au Niger en 2023, au profit de la Russie.

Des partisans tiennent une banderole et des drapeaux russes et tchadiens avant l'arrivée du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024

Des partisans tiennent une banderole et des drapeaux russes et tchadiens avant l'arrivée du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'aéroport de N'Djamena, le 5 juin 2024

AFP

Moscou y a dépêché des paramilitaires --mercenaires de Wagner notamment--, présentés systématiquement par Moscou comme des "instructeurs" militaires.

Le Tchad, encerclé par des pays accueillant ces mercenaires russes (Centrafrique, Soudan, Libye, Niger), est donc le dernier pays, du moins officiellement, à résister à leur arrivée.

Mais les comptes de réseaux sociaux et médias pro-russes bruissent de rumeurs, pour l'heure non confirmées ni infirmées par N'Djamena, sur la présence de Russes armés aux côtés de militaires tchadiens, notamment dans le sud.

Au Congo, M. Lavrov avait vilipendé l'"Occident" notamment pour son soutien à l'Ukraine et de supposés "objectifs" anti-russes là ou ailleurs.

Et au Burkina Faso, le ministre a promis d'"augmenter" la présence des "instructeurs" russes.

Au Tchad, interrogé sur l'"aide militaire" à ce pays, le chef de la diplomatie russe a simplement évoqué "des accords de coopération militaire en place depuis longtemps" qui "vont continuer", notamment la "livraison d'équipements".

"Depuis six mois on assiste à un véritable réchauffement des relations" russo-tchadiennes, observe pour l'AFP Vsevolod Sviridov, expert du Centre d'études sur l'Afrique de l'Ecole supérieure d'économie de Moscou.

"Les militaires français restent mais leur présence n'entrave pas le développement des relations entre Moscou et N'Djamena", ajoute-t-il.

Guerre d'influence

Tchad

Carte de localisation du Tchad et de la capitale N'Djamena

AFP/Archives

"Je peux vous rassurer: notre amitié avec le Tchad ne va pas influencer ses rapports avec la France", a assuré M. Lavrov à N'Djamena. Mais "la France, elle, a une autre approche: soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous", a-t-il ajouté.

"Ce n'est pas encore une guerre froide, mais une guerre d'influence (...) et le Tchad veut en tirer le meilleur profit", analyse Yamingue Betinbaye, expert en géopolitique au Centre de Recherches en Anthropologie et Sciences humaines (CRASH) à N'Djamena.

De manière assez symptomatique, Vladimir Poutine, puis Emmanuel Macron, ont été les deux --rares-- chefs d'Etat hors Afrique à rapidement "féliciter" publiquement M. Déby pour son élection.