Afrique

Le scandale des "babies factories", les "usines à bébés", au Nigeria

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / Reportage : M. Gomis

Le Nigeria en guerre contre les "usines à bébés": en échange de quelques milliers d'euros, des jeunes filles et des fillettes sont instrumentalisées pour donner naissance à des bébés, pour le compte de réseaux criminels. Un trafic qui se joue dans les orphelinats, les cliniques, ou encore dans certaines maternités. Dix nourrissons seraient vendus par jour dans le pays.

dans
Dans cette classe d'été à Lagos, la plupart de ces élèves viennent de familles modestes. Alors Maître Ifeoma Ihionu explique en détail comment s'organise la traite des bébés. L'avocate insiste sur le danger pour les filles. Car même à moins de 12 ans, elles sont considérées comme des mères porteuses potentielles pour certains trafiquants.
 
On n'aborde pas uniquement les droits du bébé ou de l'enfant qui est vendu, ce qui est interdit par la loi. Mais on évoque aussi les droits de l'adolescente ou de la jeune femme qui est transformée en une machine à concevoir des bébés. Et dans la majorité des cas, contre sa propre volonté.Maître Ifeoma Ihionu, avocate et cheffe de projet de l'ONG CRACO 
Cette activité criminelle se déroule dans des lieux surnommés au Nigeria "babies factories", en français "usines à bébés". Dix nourrissons seraient vendus par jour dans le pays. Ces enfants sont souvent adoptés de façon illégale. Certains sont mis en esclavage. Et dans des cas extrêmes, ils sont victimes de crimes rituels. L'Etat de Lagos gère un numéro d'alerte. Au bout du fil, des experts de l'enfance eux-mêmes associés aux enquêtes policières.
 
En ce moment, on a plusieurs affaires en cours devant les tribunaux. On se bat contre ces réseaux criminels; on ne leur laissera aucun répit. Il n'y a pas de place à Lagos pour des usines à bébés ou des maisons illégales. Donc, peu importe comment ils se cachent ou s'enfuient, on les débusquera toujours.Agboola Dabiri, délégué de l'Etat de Lagos, en charge de la jeunesse et du développement social
A Lagos, placements et adoptions d'enfants sont très encadrés. Les services de l'aide à l'enfance délivrent désormais des agréments aux structures d'accueil. L'orphelinat "living Fountain" bénéficie de ce label administratif. L'équipe dirigeante et son personnel veillent à l'intégrité et à la protection d'enfants vulnérables. Ici, les procédures d'adoption sont très strictes.
 
Il faut beaucoup d'efforts, il faut être sérieux pour être en mesure d'obtenir une adoption, et il faut donc être assidu, aller au ministère pour s'assurer de bien soumettre tous les documents requis. Et cela rend le parcours plus compliqué que ce que les gens souhaiteraient.Bethy Obieri, directrice de l'orphelinat "Living Fountain"
La vente des humains est l'une des plus importantes activités criminelle au Nigeria. Derrière les fraudes financières et le trafic de drogue.