Afrique

Libye : deux premiers ministres à Tripoli et une crise qui perdure

Le Premier ministre intérimaire, Abdul Hamid Dbeibah, soutenu par l'Organisation des Nations unies, assiste à la cérémonie de remise des diplômes à un groupe de cadets de l'armée libyenne, à Tripoli, mardi 8 février 2022.
Le Premier ministre intérimaire, Abdul Hamid Dbeibah, soutenu par l'Organisation des Nations unies, assiste à la cérémonie de remise des diplômes à un groupe de cadets de l'armée libyenne, à Tripoli, mardi 8 février 2022.
Yousef Murad (AP)

Déjà miné par la fracture entre l'Est et l'Ouest, le pays s'est encore davantage enfoncé dans la crise en se retrouvant avec deux Premiers ministres rivaux à Tripoli.

Où va la Libye ? Dans ce qui s'apparente à un coup de force institutionnel du camp de l'Est de la Libye contre celui de Tripoli, le Parlement siégeant à Tobrouk (est) a désigné, jeudi 10 février, l'influent ex-ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha, pour remplacer Abdelhamid Dbeibah à la tête du gouvernement intérimaire.
 
Anticipant ce vote, M. Dbeibah a fait savoir à plusieurs reprises qu'il ne céderait le pouvoir qu'à un gouvernement sorti des urnes.

Imbroglio institutionnel récurrent

Cet imbroglio institutionnel n'est pas une nouveauté puisque le pays riche en pétrole avait déjà été dirigé entre 2014 et 2016 par deux chefs de gouvernement antagonistes. 

C’était alors la guerre civile, avant l'accord sur la tenue d'élections en décembre 2021, finalement reportées, et la mise en place d'un gouvernement d'union censé achever la tumultueuse transition ayant précédé la mort du dictateur Mouammar Kadhafi, en 2011.
La Libye est toujours scindée entre les forces de Haftar et le gouvernement de Tripoli.
La Libye est toujours scindée entre les forces de Haftar et le gouvernement de Tripoli.

"La motivation de nombreux députés est de conserver leurs postes et leurs privilèges plutôt que de permettre un processus menant sans heurts aux élections", estime Peter Millett, ancien ambassadeur britannique en Libye.
 
L'espoir d'une pacification était pourtant bien réel. Fin 2020, peu après l'échec du maréchal Khalifa Haftar -- homme fort de l'Est -- à conquérir militairement l'ouest du pays, un accord de cessez-le-feu avait été signé, suivi du lancement d'un processus de paix parrainé par l'ONU.
 

Désenchantement pour les Libyens

C'est dans le cadre de ce processus que M. Dbeibah a été désigné, il y a an, à la tête d'un nouveau gouvernement de transition. Sa mission : unifier les institutions et conduire le pays à des élections présidentielle et législatives initialement prévues le 24 décembre.

Loi électorale contestée, candidats controversés, tensions sur le terrain... le processus de transition a rapidement déraillé. Et les élections, sur lesquelles la communauté internationale fondait de grands espoirs pour enfin stabiliser le pays et en finir avec les ingérences étrangères, ont été reportées sine die.
 
Pour le Parlement basé dans l'Est, le mandat de M. Dbeibah a expiré avec ce report. De son côté, le gouvernement assure que sa mission ne s'achève qu'avec la désignation d'un nouveau gouvernement élu.

"On parle d'un clivage entre l'Est et l'Ouest, mais la grande division est maintenant entre le peuple libyen, qui veut des élections, et l'élite politique, qui n'en veut pas. La voix du peuple n'est pas entendue", affirme le diplomate.
 
Le désenchantement est d'autant plus grand que le scrutin avait suscité un engouement certain chez de nombreux Libyens. Quelque 2,5 millions d'entre eux, sur une population d'environ sept millions, avaient retiré leur carte d'électeur en vue du jour J.

(Re)voir : Libye : l'espoir de nouvelles élections se solde par un "échec"
Chargement du lecteur...

"Risque d’instabilité exacerbé à Tripoli"

La nomination de M. Bachagha "semble être une décision visant à priver la population du droit de vote, en repoussant encore plus loin les élections, exacerbant le risque d'instabilité à Tripoli", poursuit M. Millett. Selon ce dernier, le pays fait désormais face à une "grande incertitude qui ne sert pas le peuple libyen".
 
L'ONU a justement fait savoir jeudi soir, par la voix de son porte-parole, Stéphane Dujarric, qu'elle continuerait de soutenir M. Dbeibah.

M. Bachagha, un poids lourd de la scène politique locale, bénéficie de l'appui du Parlement mais aussi du maréchal Khalifa Haftar, soutenu par l'Egypte et les Emirats arabe unis.

Dans la région de Tripoli, l'un comme l'autre disposent du soutien de groupes armés encore très influents dans l'ouest du pays, mais dont les allégeances sont traditionnellement mouvantes.

"Ce qui est potentiellement dangereux, c'est la violence à Tripoli, car Bachagha et Dbeibah ont tous deux des liens profonds dans l'ouest de la Libye", présage Amanda Kadlec, ancienne membre du groupe d'experts de l'ONU sur la Libye.
 
Selon elle, "les milices se rangeront du côté de celui qu'elles perçoivent comme détenteur du pouvoir. S'il n'est pas capable de leur attribuer des postes, de leur verser des salaires et de leur fournir des armes, alors il n'y a aucune raison pour que les groupes armés qui soutiennent Dbeibah continuent de le faire."

Quelques heures seulement avant le vote du Parlement, des tirs qui n'ont pas fait de victime ont visé le convoi de M. Dbeibah à Tripoli, selon le ministère de l'Intérieur. Un coup de semonce ?, se demandent les observateurs.

(Re)voir : Libye : deux Premiers ministres et une tentative d'assassinat
Chargement du lecteur...