Afrique

Libye : l'Europe rapatrie les migrants et forme les garde-côte

Chargement du lecteur...

Après les images glaçantes en Libye  — en octobre dernier —  d'un marché aux esclaves, de migrants vendus aux plus offrants, des mesures ont été prises depuis lors. Plus de 16 mille migrants africains — tous volontaires — ont été rapatriés vers leur pays d'origine avec l'intervention de l'Europe qui forme également les gardes côte libyens aux sauvetages en mer.
 

dans

C'est une embarcation à la dérive surchargée, dont les derniers migrants à son bord sont secourus par les garde-côtes libyens dans la nuit de ce jeudi à vendredi 16 mars 2018. Érythréens, Somaliens, pour la plupart, c'est une centaine de personnes partie de Khoms à l'est de la capitale libyenne, des femmes et des enfants transis, et même un nourrisson.  Ils ont tous été débarqués à Tripoli dans la nuit. 

Ce sauvetage a tout pour réjouir la force navale européenne en Méditerrannée. Cette structure est en place depuis 2015, après les naufrages tragiques de plusieurs milliers de migrants qui ont choqué le monde. C'est cette même force qui forme les garde-côtes libyens.


"Les garde-côtes libyens ont été très actifs en particulier au second semestre 2017. Ils ont sauvé près de 18 000 migrants, alors qu'en 2015, par exemple, ils n'étaient que 800."Enrico Credendino, commandant de la force navale européenne en Méditerranée

Des libyens plus efficaces, assure le commandant Credendino, également chargé de la lutte contre les passeurs en Méditerrannée. Depuis le début de l'année il y a eu 337 morts ou disparus au moins en Méditerrannée.  

La mission concrète de l'UNAFVORMED est d'intercepter les bateaux de migrants avant qu'ils n'entrent dans les eaux territoriales italiennes, avant que les ONG ne viennent à leur secour et les escortent à bon port en Italie.

Les trafics d'êtres humains en Libye ne cessent pas pour autant, des crimes contre l'humanité que les autorités libyennes ne peuvent plus nier, même si désormais le justice s'est emparé du problème.


"Deux personnes ont été jugées pour trafic d'êtres humains, et d'autres ont été arrêtées. Nous avons émis 205 mandats d'arrêts contre les personnes qui ont organisé l'immigration clandestine et le trafic, la torture, les meurtres et les viols." Seddik al-Sour, chef du bureau des investigations au bureau du procureur général

Les services d'immigration libyens étaient au coeur du réseau d'immigration clandestine vers l'Europe, ajoute ce responsable. Un aveu officiel et des premières mesures, 7 ans après la chute de Kadhafi, ainsi que le transit par la Libye de plusieurs centaines de milliers de migrants, dont 600 000 sont arrivés en Italie en 4 ans.