Afrique

Libye : retrait du gouvernement parallèle de Tripoli après des affrontements

Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah, le 8 février 2022 à Tripoli.
Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah, le 8 février 2022 à Tripoli.
Yousef Mourad/AP

Le gouvernement lybien désigné par le Parlement et soutenu par le maréchal Haftar est entré à Tripoli ce 17 mai. Il s'est retiré quelques heures plus tard pour des raisons de sécurité.

Des affrontements ont éclaté à Tripoli après que le gouvernement libyen désigné par le Parlement et soutenu par le maréchal Khalifa Haftar a annoncé son entrée dans la capitale, siège du pouvoir exécutif rival. Le service de presse de ce gouvernement a annoncé dans un communiqué que son Premier ministre Fathi Bachagha, ainsi que plusieurs de ses ministres, avaient "quitté Tripoli pour préserver la sécurité (...) des citoyens", après les affrontements. 
Chargement du lecteur...
Le gouvernement siégeant à Tripoli, né début 2020 d'un processus politique parrainé par l'ONU, n'a pas réagi dans l'immédiat à cette annonce. Des affrontements ont éclaté avant l'aube entre groupes armés après l'entrée du gouvernement de Fatih Bachagha. Des tirs nourris se poursuivaient en pleine ville vers 07H00 locales (05H00 TU). 

Deux gouvernements rivaux

En février, le Parlement siégeant dans l'Est avait désigné Fathi Bachagha, ancien ministre de l'Intérieur, comme nouveau Premier ministre. Cette instance est soutenue par le puissant maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen, dont les forces avaient tenté de conquérir la capitale en 2019. Mais Fathi Bachagha n'avait jusque-là pas réussi à évincer l'exécutif en place à Tripoli, dirigé par l'homme d'affaires Abdelhamid Dbeibah, qui a affirmé à maintes reprises qu'il ne remettrait le pouvoir qu'à un gouvernement élu.
Chargement du lecteur...
© TV5MONDE
Le gouvernement d'Abdelhamid Dbeibah avait comme principale mission l'organisation d'élections législatives et présidentielle, initialement prévue en décembre dernier.Cependant, des querelles persistantes entre les caciques politiques locaux, notamment sur la base juridique du scrutin, ont entraîné le report sine die de ces élections sur lesquelles la communauté internationale fondait de grands espoirs pour enfin stabiliser le vaste pays d'Afrique du Nord.

Une décennie de chaos politique

Les rivaux politiques d'Abdelhamid Dbeibah estiment que son mandat a pris fin avec ce report. La Libye peine à s'extirper de plus d'une décennie de chaos politique et de conflits consécutifs à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, dans le sillage du Printemps arabe. Ce vaste pays d'à peine 7 millions d'habitants reste miné par le chaos politique, les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest et par l'insécurité.
La production pétrolière, principale source de revenus du pays, est de nouveau otage des divisions politiques, avec une vague de fermetures forcées de sites pétroliers.
Considérés comme proches du camp de l'Est, les groupes à l'origine des blocages pétroliers réclamaient le transfert du pouvoir à Fatih Bachagha ainsi qu'une meilleure répartition des revenus pétroliers. Fin avril, le Conseil de sécurité de l'ONU, divisé, a adopté une résolution du Royaume-Uni prolongeant de seulement trois mois sa mission politique en Libye, la Russie refusant toute durée plus longue tant qu'un nouvel émissaire onusien ne sera pas nommé.