Afrique

Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de l'OIF : "Je suis conservatrice, mais il faut casser les codes"

Chargement du lecteur...

Secrétaire générale de la Francophonie depuis près de 14 mois, Louise Mushikiwabo est l'invitée de l'émission Internationales sur TV5MONDE ce samedi 14 mars 2020. Elle répond aux questions de TV5MONDE et du journal Le Monde.

L'Afrique, la visibilité de la Francophonie, la solidarité dans le monde, la crise du Coronavirus, les conflits intercommunautaires... Autant de problématiques qui se posent à Louise Mushikiwabo depuis sa nomination à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie.

Lorsqu'il s'agit d'évoquer le début de son mandat, elle met en avant sa singularité.
"Je suis conservatrice, mais de temps en temps, je casse les codes. Le monde multilatéral d’aujourd’hui nécessite que l’on crée, que l’on prenne des initiatives".Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie.

 
"En prenant mes fonctions, je me suis rendue compte que l’OIF est une institution éparpillée. C’est en ce sens que j’ai parlé de mettre de l’ordre dans cette maison. On doit à nouveau se focaliser sur le terrain".
Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie.

Le Covid-19 est désormais considéré comme une pandémie par l'OMS. L'Afrique n'y échappe pas. Hasard du calendrier : nous avons appris, ce samedi, le signalement du premier cas d'un individu infecté par ce coronavirus au Rwanda, d'où est originaire Louise Mushikiwabo. L'Afrique peut-elle échapper à la diffusion massive de ce virus ?
 
"J’espère que, pour une fois, l’Afrique ne sera pas sérieusement frappée par cette pandémie. Mais au vu du rythme de propagation du covid-19 et du monde dans lequel nous vivons, il est presque impossible d’éviter la contagion".Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie.
Conviée à participer au sommet du G5 Sahel par Emmanuel Macron, à Pau, le 13 janvier dernier, Louise Mushikiwabo nous livre son analyse de la situation sur place.
 
"Le problème le plus important au Sahel est, pour moi, le désarroi des populations. Il est très important de garder à l’esprit que cette partie de l’Afrique vit dans l’anxiété".Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie.
 

"C’est la frustration qui engendre le sentiment anti-français en Afrique francophone. Ce qui est sûr, c’est que la relation entre la France et les pays francophones doit être renouvelée, via un dialogue franc et sans tabous".Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie.
Alors que les femmes peinent à trouver leur place dans les parlements, le Rwanda fait figure d’exception, en Afrique, mais aussi à travers le monde. Avec plus de 61% de femmes à la chambre des députés, le pays est en tête du classement mondial. D'où vient cette spécificité ?
 
"La place qu’occupe la femme au Rwanda aujourd’hui est la résultante d’une politique qui a voulu lui restituer la place qui lui revenait de droit. Elle est aussi le résultat d’un travail que les femmes rwandaises ont accompli dans la reconstruction du pays".Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie.