Madagascar : contestation de l'opposition après la victoire annoncée d'Andry Rajoelina dès le premier tour

Andry Rajoelina a été réélu au terme du premier tour de l'élection présidentielle. Dix candidats de l'opposition avaient appelé à boycotter le scrutin. Ces derniers ne reconnaissent les résultats présentés samedi 25 novembre par la commission électorale.

Image
Andry Rajoelina en meeting électoral

Le président Andry Rajoelina s'adresse à ses partisans lors d'un meeting électoral à Antananarivo, dimanche 12 novembre 2023.

AP Photo/Alexander Joe
Partager2 minutes de lecture

Andry Rajoelina, 49 ans, se présentait pour un second mandat à la tête de la grande île de l'océan Indien. Le président sortant a remporté 58,95 % des suffrages exprimés, selon les résultats annoncés lors d'une conférence de presse à Antananarivo samedi 25 novembre. Ces résultats doivent encore être entérinés par la Haute cour constitutionnelle, plus haute juridiction du pays.  

"Le peuple malgache a choisi la voie de la continuité, de la sérénité et de la stabilité", s'est félicité le président Rajoelina devant la presse peu après. Remerciant les électeurs pour leur "sagesse", il a assuré qu'ils se sont "exprimés librement"

Onze millions de Malgaches inscrits sur les listes électorales ont été appelés aux urnes le 16 novembre 2023. Ils devaient choisir entre Andry Rajoelina et douze autres candidats officiels.  Élu en 2018, Andry Rajoelina avait accédé une première fois au pouvoir en 2009 à la faveur d'une mutinerie chassant l'ex-président Marc Ravalomanana.

Pour l'opposition, "ces élections n'existent pas"

Le taux de participation au scrutin a été à peine supérieur à 46 %, en baisse par rapport à la précédente présidentielle en 2018. Cette année, dix candidats de l'opposition sont rassemblés dans un collectif. Parmi eux, deux anciens présidents malgaches. Ils avaient appelé les électeurs à "considérer que ces élections n'existent pas" et refusé de faire campagne.

"Quels résultats ? Quelle élection ?", a répondu à l'AFP un représentant du collectif d'opposants à une demande de commentaire sur la victoire de Rajeolina. Le groupe avait déjà annoncé vendredi que ses membres ne reconnaîtraient pas les résultats.  "Nous ne reconnaîtrons pas les résultats de cette élection illégitime, truffée d'irrégularités, et nous déclinons toutes responsabilités sur l'instabilité politique et sociale qui pourrait en découler", ont-ils mis en garde.

"Anomalies préoccupantes"

Les accusations d'irrégularités, de la part de l'opposition, se sont multipliées depuis le scrutin."J'ai déposé deux requêtes pour demander l'annulation du scrutin et la disqualification d'Andry Rajoelina", a déclaré à l'AFP le candidat de l'opposition, Siteny Randrianasoloniaiko, 51 ans. Accusant le président sortant de fraude, il a ajouté: "Il a volé. Il a acheté les voix. La Ceni a changé les chiffres".

Selon les documents déposés auprès de la HCC et dont l'AFP a eu copie, M. Randrianasoloniaiko a déposé une requête "aux fins d'annulation des opérations électorales sur l'ensemble du territoire".

À ce stade, le collectif d'opposants n'a pas indiqué d'intention de saisir la justice pour contester formellement l'issue du scrutin. Ils n'ont pas non plus appelé à descendre à nouveau dans la rue. 

Quasi quotidiennement et pendant des semaines avant la présidentielle, le collectif avait appelé à manifester à Antananarivo. Les protestations, qui n'ont pas été massivement suivies, avaient été régulièrement dispersées à coups de gaz lacrymogènes.

La crise politique dans le pays a été déclenchée en juin par la révélation de la naturalisation française, en toute discrétion, d'Andry Rajoelina en 2014. Selon l'opposition, cela devait l'empêcher de se présenter mais la justice a refusé d'invalider sa candidature. 

Des irrégularités, selon l'opposition

Le collectif d'opposants candidats a accusé le pouvoir de manœuvrer pour reconduire Andry Rajoelina et dénoncé "un coup d'Etat institutionnel". Ils ont réclamé une suspension du processus électoral et l'intervention de la communauté internationale.

Huit pays et organisations, dont les États-Unis et l'Union européenne, ont exprimé ces derniers mois leur "préoccupation" après des tensions lors de manifestations et dénoncé un usage excessif de la force contre l'opposition.

Le collectif a par ailleurs dénoncé des irrégularités pendant la tenue du scrutin : bureaux de vote fermés, manque d'urnes, emploi par le candidat sortant de ressources de l’État pour sa campagne. 

L'un des deux opposants restés formellement dans la course, Siteny Randrianasoloniaiko, a également dénoncé "des anomalies préoccupantes" qui, selon lui, "soulèvent des questions légitimes sur la validité des résultats"

"Des conditions régulières et transparentes"

L'élection s'est déroulée "dans des conditions régulières et transparentes", a affirmé samedi Arsène Dama, président de la commission électorale dont l'impartialité est mise en doute par l'opposition. Cette dernière taxe l'organisation d'être "à la botte du pouvoir".

La commission électorale a par ailleurs accusé le "climat politique ambiant" ainsi qu'une "manipulation de l'opinion" d'être à l'origine du manque de participation au scrutin. Les recours en cas de contestations peuvent être déposés dans un délai de 9 jours maximum avant la proclamation des résultats définitifs par la Haute cour constitutionnelle. 

Les élections sur la grande île de l'océan Indien, depuis son indépendance de la France en 1960, se sont rarement conclues sans être assorties de contestations ou d'une crise.