Afrique

Madagascar : Christian Ntsay nommé Premier ministre

Chargement du lecteur...
En image, le récit d'une journée de transition. Laure de Matos

A peine, la démission du Premier ministre malgache Olivier Mahafaly Solonandrasana actée ce lundi 4 juin 2018,  le président Hery Rajaonarimampianina a nommé un remplaçant "de consensus", le haut-fonctionnaire Christian Ntsay. Objectif pour lui : former un gouvernement d'union nationale et sortir le pays de près de deux mois de crise. 

dans
Le président malgache Hery Rajaonarimampianina n'a pas tardé à prendre sa décision, ce lundi 4 juin. Dans la foulée de l'annonce de la démission du chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana, le chef de l'Etat a nommé son  Premier ministre de "consensus" : Christian Ntsay, un haut-fonctionnaire international. 

« J’ai nommé premier ministre Christian Ntsay, un homme expérimenté et ayant les compétences pour l’apaisement », a déclaré le président lors d'une conférence de presse.

A charge pour lui de former en une semaine (selon la décision de la Cour d'Ambohidahy) un gouvernement de "consensus" destiné à extraire le pays de la crise politique et apaiser les tensions dans le pays. 

> Lire en complément : Madagascar : comment comprendre la crise politique ?

Objectif : mettre un terme aux manifestations quotidiennes de l’opposition, qui réclame depuis plus d’un mois la démission du chef de l’Etat arrivé au pouvoir en 2014, et préparer la prochaine élection présidentielle. 
 
(vac radio)

Qui est Christian Ntsay ? 

Choisi dans "la liste des noms présentés" par le président Hery Rajaonarimampianina, Christian Ntsay, âgé de 57 ans, occupait jusqu’à ce jour un poste de haut-fonctionnaire à l’Organisation internationale du travail (OIT).

Ce diplômé en sciences économiques et en gestion d'entreprise était le représentant de l'OIT à Madagascar, l'Ile Maurice, les Seychelles et les Comores depuis 2008.

Sans couleur politique, ce natif de Diégo-Suarez (dans le nord du pays) a néanmoins été ministre du Tourisme de 2002 à 2003, mais n’est membre d’aucun des trois principaux partis du pays.

De 1998 à 2007, il a été consultant national et international pour le PNUD, la Banque Mondiale et l'Union Européenne. 

Auparavant, après avoir travaillé pour le chantier naval Secren et grimpé les échelons, il est de 1993 à 1997 le Directeur général de la société nationale d'hydrocarbures SOLIMA. 

Issue d'une famille d'intellectuels, ce père de deux enfants est l'un des petits fils de l'ancien président Albert Zafy.