Afrique

Madagascar : dernière ligne droite pour Rajoelina et Ravalomanana avant l'élection présidentielle

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE/ S. Roussi, H. Garcia

Lutte contre le chômage, économie, corruption, éducation... Pendant deux heures de débat télévisé à Madagascar, les deux ex-présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont présenté leurs projets. Ce débat s'inscrit dans la dernière ligne droite avant la présidentielle de ce mercredi 19 décembre 2018.
 

Un duel plus qu'un débat. Deux ennemis plus que deux adversaires. Voilà le climat tendu dans lequel s'est déroulée la rencontre télévisée entre les candidats malgaches du second tour.

Lire aussi notre archive : 2009 - 2011, la saison 1 du duel Ravalomanana - Rajoelina : Madagascar : un référendum sur mesure

A droite, Marc Ravalomana dit "Dada" (papa), président de 2002 à 2009. A gauche, Andry Rajoelina dit "TGV", président de 2009 à 2014. Tous deux veulent leur revanche et semblent prêts à tout, y compris les coups bas et les attaques.
 

Je ne travaille pas pour moi-même, pour m'enrichir, mais je travaillerai et ferai tout pour faire de Madagascar un pays développé. Marc Ravalomanana, candidat à la présidentielle.

L'aide financière internationale était de 60% sous la présidence de Ravalomanana, mais dans la transition, sous ma présidence il n'y avait pas d'aide financière.Andry Rajoelina, candidat à la présidentielle.

> A voir l'analyse de notre journaliste :


Ce que promettent les candidats

Durant meetings et tournée à travers le pays, les deux hommes ont promis, beaucoup, ont aussi distribué généreusement. Si l'un veut aider le secteur agricole, Marc Ravalomana, l'autre répond augmentation du salaire minimum, Andry Rajoelina. Si l'un offre des uniformes, l'autre la lumière en cas de victoire.

"Si les uniformes sont les mêmes, les enfants pourront bien étudier, c'est pour ça que j'ai décidé de faire les mêmes modèles, soutient Marc Ravalomanana. Je sais que ce sont vos enfants, mais ce sont aussi mes enfants".

De son côté, Andry Rajoelina assure : "je vais apporter la lumière dès l'an prochain. Je vais faire construire une nouvelle centrale solaire à Mahajanga pour réduire le coût de l'électricité."

Madagascar reste l'un des pays les plus pauvres du monde avec son tableau de défis. Corruption, les 3/4 de la population qui vivent avec moins de 2 dollars par jour et crises politiques à répétition. Au premier tour 45% des électeurs n'avaient pas fait le déplacement jusqu'au bureau de vote.