Afrique

Madagascar : l'opposition cherche à relancer le mouvement de contestation

Chargement du lecteur...
© TV5Monde

À Madagascar, l'opposition tente de mobiliser les salariés à participer à leur grève en allant les chercher sur leur lieu de travail. Le mouvement de contestation qui entre dans sa deuxième semaine, réclame le départ du président en place. 

dans
À la tête de centaines de manifestants, des députés de l'opposition tentent de rallier les fonctionnaires à leur mouvement. Devant chaque administration de la capitale malgache, ils appellent à la grève générale immédiate. Même discours à l'Assemblée nationale, d'où est partie la fronde contre l'adoption de trois nouvelles lois électorales début avril.

> Lire en complément : Madagascar : ces lois électorales qui cristallisent la contestation

Si certains rejoignent volontiers les manifestants, l'initiative des députés d'opposition suscite peu d'adhésion, par méfiance ou par désapprobation d'un mouvement qui exige la démission du président de la République.

Plus rien n'empêche les manifestants d'occuper la Place du 13 mai mais au 8e jour successif de manifestation, l'affluence baisse sensiblement. Résultat : les députés de l'opposition fixent de nouveaux rendez-vous pour sauver les apparences.

Cette mobilisation cherche un second souffle mais face aux différents appels au dialogue et à la retenue, l'heure est à la médiation nationale, voire internationale. Une dernière option rejetée par certains députés malgaches qui refusent toute forme d'ingérence d'organisme étranger dans leur pays.