Mali : la junte reçoit de nouveaux appareils de guerre de la Russie et de la Turquie

Avec cette nouvelle livraison, le pouvoir malien acte encore une fois son rapprochement militaire et politique avec la Russie. L'armement vendu est également essentiel pour la junte, dans le cadre de sa lutte contre la propagation jihadiste depuis 2012.
Image
Rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue malien Abdoulaye Diop, le 7 février 2023.
(Russian Foreign Ministry Press Service via AP)
Partager2 minutes de lecture

La junte malienne a réceptionné, le 16 mars, une nouvelle livraison de plusieurs avions de Russie, son allié militaire et politique, et des drones de Turquie

Le chef d'état-major de l'Armée de l'air, le général Alou Boï Diarra, a dit avoir reçu un lot d'une vingtaine d'avions et d'une douzaine de drones lors d'une cérémonie en présence du chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, et des ambassadeurs russe et turc.

Un enjeu sécuritaire et politique

Le Mali est en proie, depuis 2012, à la propagation jihadiste et à une grave crise non seulement sécuritaire, mais aussi politique et humanitaire. Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 ont poussé à la rupture l'alliance militaire avec la France et ses partenaires en 2022, et se sont tournés vers la Russie.

Lors d'une visite à Bamako en février, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a promis la poursuite du soutien militaire, matérialisé depuis fin 2021 par des livraisons d'armements et l'envoi de centaines d'hommes, décrits en fonction des sources comme des instructeurs de l'armée russe ou des mercenaires de Wagner.

Des livraisons d'équipement militaire russe ont eu lieu en mars et août 2022 et en janvier 2023. La livraison du 16 mars est composée d'Albatros L-39, appareil de conception tchèque initialement destiné à l'entraînement mais souvent employé comme avion d'attaque, et de drones Bayraktar-TB2 de fabrication turque, pouvant effectuer des missions de reconnaissance et de surveillance, d'ajustement de tir d'artillerie et de frappes aériennes, a indiqué le ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara.